NOUVELLES

Irak: la campagne pour les législatives du 30 avril est lancée

01/04/2014 08:37 EDT | Actualisé 01/06/2014 05:12 EDT

La campagne pour les élections législatives du 30 avril, qui voient le Premier ministre Nouri al-Maliki briguer un troisième mandat, s'est officiellement ouverte mardi en Irak, confronté à sa pire vague de violences depuis 2008.

Comme lors des précédents scrutins, la liste des doléances des électeurs est longue: coupures de courant, eau courante insalubre, corruption généralisée, chômage... Sans parler des violences quotidiennes, qui ont tué plus de 2.200 personnes cette année.

Bien que la campagne n'ait officiellement débuté que ce mardi, des affiches électorales ont fait leur apparition ces derniers jours, en toute illégalité.

Les candidats y jouent sur leur appartenance ethnique plus que sur leur programme. Car en Irak les élections se jouent moins sur des questions politiques que sur l'allégeance des électeurs à leur confession ou à leur tribu.

Quelque 9.040 candidats se présentent pour remporter les 328 sièges de l'Assemblée nationale.

Aucun parti ne semble en passe d'obtenir la majorité et le scrutin pourrait, comme les précédents, être suivi de longues négociations pour la formation du gouvernement.

"Nous avons commencé à mettre nos affiches dans des zones très fréquentées de Bagdad" et "à parler aux électeurs", explique Mounaf al-Haidari, qui fait campagne pour un parti chiite.

Mais beaucoup de votants n'attendent pas grand-chose des élections à venir.

- 'Toujours les mêmes' -

"Il y a de nouveaux visages, mais ce sont toujours les mêmes blocs", estime Mazin Roumayadh, 26 ans, employé chez un grossiste alimentaire à Bagdad. "Cela ne sert à rien qu'ils couvrent les rues d'affiches (...), les élections ne vont amener aucun changement".

L'Alliance pour l'Etat de droit de M. Maliki, chiite comme la majorité des Irakiens, part favorite pour arriver en tête, mais elle doit faire face à la concurrence du Bloc des citoyens, considéré comme proche de l'Iran, et du parti Ahrar, lié à l'influent chef chiite Moqtada Sadr qui a récemment annoncé son retrait de la vie politique.

Parallèlement, plusieurs coalitions se disputent le vote des sunnites dans les régions du Nord et de l'Ouest où ils sont majoritaires, tandis que dans la province autonome du Kurdistan (nord), la progression d'une nouvelle formation menace le duopole historique.

La tenue du scrutin a été menacée la semaine dernière par la démission des membres de la commission électorale dénonçant des ingérences politiques et judiciaires, mais la date du 30 avril semble confirmée depuis que la commission est revenue dimanche sur sa décision.

M. Maliki avait mis en garde contre un report des élections: "Nous entrerons alors dans un tunnel dont nous pourrions ne pas sortir (...), les problèmes surgiront, l'un après l'autre".

Néanmoins, même si aucune source officielle ne le confirme, il semble peu probable que le scrutin se déroule normalement dans la vaste province d'Al-Anbar, en proie à des violences depuis janvier et où des insurgés contrôlent toujours Fallouja, à 60 km à l'ouest de Bagdad, et quelques secteurs de Ramadi (40 km plus à l'ouest).

Les violences qui secouent l'Irak depuis l'invasion américaine de 2003 ont renoué avec les niveaux de 2008, lorsque le pays sortait difficilement d'une quasi-guerre civile opposant sunnites et chiites.

Ces violences sont alimentées par le conflit en Syrie voisine et le mécontentement de la minorité sunnite, qui s'estime discriminée par les autorités, dominées par les chiites.

Mardi, six membres des forces de sécurité ont été encore tués dans des attaques à Tikrit et Mossoul, au nord de Bagdad.

Des analystes et diplomates ont exprimé des craintes que les insurgés multiplient encore davantage les attaques à l'approche du scrutin, pour nuire au processus électoral.

psr/fcc-cco/cbo

PLUS:hp