NOUVELLES

Cameroun: libération d'un ministre arrêté dans une affaire de malversations

01/04/2014 12:54 EDT | Actualisé 01/06/2014 05:12 EDT

Le ministre camerounais des Enseignements secondaires, Louis Bapès Bapès, placé en détention provisoire lundi pour des malversations financières présumées dans le cadre de ses fonctions, a été relâché mardi, a-t-on appris de source pénitentiaire.

"Il vient de sortir de prison. Son mandat de détention provisoire a été levé", a-t-on indiqué de source pénitentiaire, sans autre précision.

M. Bapès Bapès avait été convoqué lundi matin du Tribunal criminel spécial (TCS) anti-corruption de Yaoundé pour y être entendu sur "des faits présumés de malversations dans son ministère", avait-on indiqué lundi de source proche du tribunal, ajoutant qu'il avait été placé en détention à la suite de cette audition.

Le ministre avait été épinglé dans un rapport officiel pour sa gestion au sein du ministère des Enseignements secondaires.

Le président Paul Biya a créé en décembre 2012 le TCS, un tribunal spécial chargé de juger des personnes suspectées d'avoir détourné des sommes au moins égales à 50 millions de francs CFA (76.000 euros).

Lancée en 2006 sous la pression des bailleurs de fonds, l'opération anti-corruption "Epervier" a déjà abouti à l'arrestation de nombreuses personnalités, dont des ex-ministres et dirigeants d'entreprises publiques.

Toutefois, les accusés ont souvent affirmé être victimes de règlements de comptes politiques.

Le Cameroun occupe le 146e rang sur 178 pays classés dans l'Index 2010 de la perception de la corruption de Transparency International.

rek/mc/jmc

PLUS:hp