NOUVELLES
29/03/2014 11:52 EDT | Actualisé 29/05/2014 05:12 EDT

Réforme de l'assurance-emploi : 2 ans plus tard

Les opposants à la réforme de l'assurance-emploi soulignent samedi le 2e anniversaire de son adoption à la Chambre des communes.

Des représentants de coalitions régionales sont réunis à Québec afin d'établir la stratégie et les actions à adopter pour les mois à venir. Les participants profitent également de l'occasion pour faire le bilan de la mobilisation régionale et nationale dans ce dossier.

« Ce qu'on veut, c'est l'abolition complète de la réforme et une amélioration du régime d'assurance-emploi, parce qu'avant même la réforme il y avait de gros problèmes », explique la porte-parole du Mouvement autonome et solidaire des sans-emploi, Marie-Hélène Arruda.

Cette dernière précise que même avant la réforme, seul un chômeur sur deux avait droit à des prestations. « C'est illogique considérant que tout le monde cotise, en cas de perte d'emploi. Déjà, le régime n'était pas suffisant, avec la réforme on l'aggrave », s'exclame-t-elle.

Plus d'une centaine d'organisations syndicales, communautaires et étudiantes dénoncent vigoureusement les changements apportés au régime d'assurance-emploi par le gouvernement conservateur.

La porte-parole du Mouvement autonome et solidaire des sans-emploi dénonce notamment les lenteurs dans le traitement des plaintes à l'assurance emploi, ce qui, selon elle, dessert les chômeurs.

« Pour les chômeurs qui veulent contester une décision de la Commission de l'assurance-emploi, le processus de contestation des décisions est extrêmement long. Il y a plusieurs problèmes à ce niveau-là. Il n'y a plus d'audiences en personnes », indique-t-elle

Les opposants rappellent que les travailleurs des secteurs de l'agriculture, de la forêt, de la pêche et du tourisme sont particulièrement touchés par la réforme.

PLUS:rc