NOUVELLES
29/03/2014 11:39 EDT | Actualisé 29/05/2014 05:12 EDT

Les Baltes célèbrent leur décennie au sein de l'Otan, marqués par le contexte ukrainien

L'Estonie, la Lettonie et la Lituanie, ont marqué samedi leur première décennie au sein de l'Otan, au moment où les préoccupations croissantes face aux ambitions territoriales de la Russie en Europe de l'Est ont renforcé l'importance de l'Alliance.

Au moment où deux avions de chasse américains traversaient le ciel ensoleillé de Lituanie, la présidente Dalia Grybauskaite a salué l'appartenance à l'Otan comme "extrêmement importante" pour la sécurité balte.

"Nos attentes concernant la sécurité de la Lituanie ont été satisfaites. Les partenaires de l'Otan ont démontré que nous ne sommes pas tout seuls confrontés à des menaces", a-t-elle déclaré.

Comptant ensemble 6,3 millions d'habitants, les trois pays baltes étaient sous la coupe de Moscou avant l'effondrement de l'Union soviétique en 1991. L'attitude de la Russie face à l'Ukraine a tendu l'ambiance dans la région.

"Nous aurions été une zone grise si nous n'avions pas adhéré à l'Otan. Cela aurait été dangereux", a déclaré à l'AFP le retraité Antanas Spundys venu observer le survol des chasseurs américains.

Avec l'adhésion des Baltes à l'Otan, le 29 mars 2004, l'Alliance a lancé une mission de surveillance de leur ciel, considérée comme une réponse à des survols russes indésirables.

Les États-Unis viennent d'envoyer six chasseurs supplémentaires F-15 pour renforcer ces patrouilles aériennes.

Washington a aussi indiqué qu'il envisageait de faire tourner des troupes dans la région, alors que la Grande-Bretagne, la France et le Danemark se sont engagés d'y dépêcher davantage d'avions militaires.

Lors des cérémonies au pied du monument de la liberté à Riga, le président Andris Berzins a insisté sur le fait que son pays était actuellement "plus en sécurité qu'il ne l'a jamais été".

"Si l'Otan avait existé en 1940 l'Histoire aurait pu être très différente", a dit à l'AFP l'étudiant Arnis Adams, se référant aux cinq décennies d'occupation soviétique des pays baltes qui ont suivi.

Selon le ministre estonien de la Défense Sven Mikser, les opérations russes en Ukraine ont démontré que les pays de l'Otan sont "beaucoup plus en sécurité aujourd'hui" que ceux qui, comme l'Ukraine, restent en dehors de l'Alliance.

Se méfiant de la Russie voisine, la Lituanie et la Lettonie ont prévu de doubler leurs dépenses dans la défense d'ici à 2020, pour les porter jusqu'au seuil de référence de l'Otant de 2% du PIB. L'Estonie a déclaré de son côté maintenir ce taux qu'elle observe déjà.

bur-vab/mas/sw/fw

PLUS:hp