NOUVELLES
28/03/2014 08:00 EDT | Actualisé 28/05/2014 05:12 EDT

USA: un tiers des enfants testés ont un taux de cholestérol limite ou trop élevé

Un tiers des enfants testés pour le cholestérol sanguin ont un taux limite ou trop élevé qui les expose à un risque accru de maladies cardiovasculaires à l'âge adulte, selon une étude menée au Texas présentée vendredi.

Les chercheurs ont examiné dans cet Etat du sud des Etats-Unis les dossiers médicaux d'environ 13.000 enfants âgés de neuf à onze ans ayant eu des analyses sanguines pour mesurer leur taux de lipides dans le cadre d'examens médicaux de routine.

Dans ce groupe, 4.700, soit 30%, avaient des taux de cholestérol à la limite de la normale ou au-dessus, ont précisé les auteurs qui ont présenté leur étude à la conférence annuelle de l'American College of Cardiology (ACC) réunie ce week-end à Washington.

Ces résultats inquiétants illustrent le fait que "cette population requiert plus d'attention médicale et pourrait potentiellement bénéficier d'un traitement", a déclaré le Dr Thomas Seery, un cardiologue à l'hôpital des enfants du Texas, le principal auteur de cette recherche.

Bien que les maladies cardiovasculaires soient rares chez les enfants, la présence de certains facteurs de risque dans les premières années de la vie peut accroître les risques à l'âge adulte.

De précédentes études ont montré que l'athérosclérose, un durcissement et un rétrécissement des artères, peut commencer dès l'enfance.

"Si nous pouvons identifier ces risques et agir pour abaisser le cholestérol des enfants concernés, il est possible d'avoir un impact bénéfique et de réduire les risques de développer une maladie cardiovasculaire plus tard", a insisté le Dr Seery.

M. Seery souligne l'importance d'une telle approche face à l'épidémie croissante d'obésité aux Etats-Unis, avec un nombre plus grand d'enfants souffrant de dyslipidémie, une concentration anormalement élevée de lipides (cholestérol, triglycérides, acides gras) dans le sang.

On estime que 31,9% des jeunes de 2 à 19 ans sont en surpoids ou obèses aux Etats-Unis.

Les chercheurs ont aussi constaté que les garçons avaient plus souvent que les filles un taux élevé de mauvais cholestérol, tandis que ces dernières avaient plus fréquemment un taux trop bas de bon cholestérol.

Ils ont aussi exprimé l'espoir que les résultats de leur étude allaient donner plus de poids aux recommandations de l'Institut national du coeur, des poumons et du sang (NIHLB) édictées en 2011 et soutenues par l'Académie américaine de pédiatrie, appelant à tester le cholestérol chez tous les enfants de 9 à 11 ans, et une seconde fois entre 17 et 21 ans.

Actuellement des traitements anti-cholestérol sont nécessaires seulement pour 1 à 2% des enfants avec des taux très élevés résultant d'un dysfonctionnement génétique, précisent ces pédiatres.

js/bdx

PLUS:hp