NOUVELLES
28/03/2014 08:18 EDT | Actualisé 28/05/2014 05:12 EDT

Le mariage homosexuel désormais légal en Angleterre et au Pays de Galles

LEON NEAL via Getty Images
A protestor holds a rainbow flag outside the Houses of Parliament in central London on June 3, 2013, as protestors gather in support of same-sex marriage. A 'wrecking amendment' aimed at derailing the government's same-sex marriage bill, which was passed in the Commons despite the opposition of 133 Tory MPs, is being debated in the House of Lords. AFP PHOTO/Leon Neal (Photo credit should read LEON NEAL/AFP/Getty Images)

Les premiers mariages homosexuels ont été célébrés aussitôt après minuit samedi au Pays de Galles et en Angleterre, où des drapeaux arc-en-ciel flottent à Londres sur les bâtiments ministériels, après l'entrée en vigueur d'une «loi d'égalité» très attendue.

Une loi historique légalisant le mariage homosexuel est entrée en vigueur samedi peu après minuit en Angleterre et au Pays de Galles, dernière étape d'un long combat pour les défenseurs des droits des homosexuels.

Des premiers mariages entre gays ou lesbiennes ont aussitôt été célébrés, dans l'espoir d'être le premier couple à dire «oui», un moment qualifié d'«important pour le pays» par le premier ministre britannique David Cameron.

«Pour le dire simplement, ça n'aura plus d'importance en Grande-Bretagne si vous êtes hétérosexuel ou homosexuel - l'Etat reconnaîtra votre relation de la même manière», a déclaré M. Cameron.

A Brighton, Neil Allard et Andrew Wale espéraient être les tous premiers, dans les minutes après minuit, à se passer la bague au doigt.

«Nous sommes encore plus conscients de la chance que nous avons de vivre dans une partie du monde relativement tolérante", a déclaré en début de semaine Andrew Wale, un écrivain et metteur en scène de 49 ans, alors qu'il posait avec son compagnon pour des photos et recevait "beaucoup de sourires et de sympathie» de la part des passants.

Beaucoup d'autres couples comptent convoler pendant le week-end, l'un d'entre eux ayant même organisé une cérémonie entièrement musicale à l'exception de l'échange des voeux, qui sera filmée et diffusée à la télévision sous le titre: "Notre mariage homosexuel: la comédie musicale".

Cette réforme, à laquelle les défenseurs des droits homosexuels sont très attachés, est avant tout symbolique, les couples homosexuels bénéficiant déjà des mêmes droits parentaux que les couples hétérosexuels: ils peuvent adopter, recourir à la procréation médicalement assistée et à une mère porteuse, pourvu qu'elle ne soit pas rémunérée. Ils peuvent également s'unir depuis 2005 dans le cadre d'un partenariat civil.

«Nous ne voulions pas nous marier tant qu'il ne s'agissait pas d'une union équivalente à celle que ma mère et mon père ou d'autres hommes et femmes ont partagée», a déclaré à l'AFP Teresa Millward, 37 ans, qui épouse samedi dans le Yorkshire (nord de l'Angleterre) sa compagne depuis 11 ans.

Contrairement à la France où d'immenses manifestations se sont succédé contre le mariage pour tous, le projet de loi britannique, approuvé en juillet 2013 au parlement, n'a suscité quasiment aucun remous dans l'opinion publique, majoritairement favorable à la réforme.

Un sondage, publié vendredi et réalisé pour BBC Radio 5 auprès de 1.007 Britanniques, montre néanmoins que 22% des sondés refuseraient une invitation à un mariage gay, même si 68% sont favorable à cette réforme.

Il suggère également que les femmes (75%) et les jeunes (80% des 18-34 ans) soutiennent davantage le mariage homosexuel que les hommes (61%) et les plus de 65 ans (44%).

La réforme a déchiré le parti conservateur tandis que l'Eglise anglicane d'Angleterre, majoritaire dans le pays, l'a également contesté.

Elle a exclu mi-février la bénédiction de mariages homosexuels ainsi que la possibilité pour les membres du clergé de se marier avec une personne du même sexe.

Cependant, l'archevêque de Cantorbéry Justin Welby, chef spirituel des 80 millions d'anglicans dans le monde, a indiqué jeudi que l'Eglise ne mènerait plus campagne contre le mariage de couples de même sexe.

«Je pense que l'Eglise a réagi en acceptant totalement l'idée que c'est dorénavant la loi, et doit réagir samedi en continuant à démontrer, dans la parole et les actes, l'amour du Christ pour tous les êtres humains», a-t-il déclaré au journal The Guardian.

L'évêque de Buckingham (nord-ouest), plusieurs évêques anglicans à la retraite ainsi que plusieurs rabbins se sont «réjouis qu'à partir de demain, les couples de même sexe puissent se marier en Angleterre et au Pays de Galles», dans une lettre ouverte.

Si les premières cérémonies sont autorisées à partir de samedi 00h01, les mariages homosexuels scellés dans d'autres pays sont validables en Angleterre et au Pays de Galles depuis le 14 mars.

Le mariage homosexuel est légal dans 14 autres pays, et en partie seulement dans certains pays comme les Etats-Unis, où 16 Etats l'autorisent.

«Ensemble, nous avons fait de notre pays un endroit où nous célébrons l'amour, qu'il soit homo ou hétéro», s'est félicité Nick Clegg, le numéro 2 du gouvernement, appelant chacun à lever son verre.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques pubs contre l'homophobie