NOUVELLES
28/03/2014 05:58 EDT | Actualisé 28/05/2014 05:12 EDT

L'Ouganda rencontre des représentants de l'UE au sujet de sa loi anti-homosexualité

Des diplomates de l'Union européenne (UE) ont rencontré vendredi les autorités ougandaises pour discuter de la récente adoption d'une loi durcissant la répression de l'homosexualité en Ouganda, à la suite de laquelle plusieurs pays européens ont gelé une partie de leur aide.

Fin février, le président ougandais Yoweri Museveni a promulgué une loi qui criminalise la "promotion" de l'homosexualité et rend obligatoire la dénonciation des homosexuels.

Le Parlement européen a appelé à des sanctions économiques contre l'Ouganda, affirmant que le pays violait les droits humains et les principes démocratiques. Il a aussi demandé à la Commission européenne de lancer un "dialogue politique urgent" avec Kampala.

Le ministre ougandais des Affaires étrangères, Sam Kutesa, a rencontré vendredi le chef de la délégation de l'UE à Kampala, Kristian Schmidt "au sujet de la loi anti-homosexualité", a rapporté le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Fred Opolot, ajoutant qu'il s'agissait d'une "rencontre à huit clos".

L'UE est un des principaux bailleurs de fonds de l'Ouganda, avec plus de 460 millions d'euros versés dans divers programmes d'aide chaque année. Certains pays membres de l'UE - dont le Danemark, la Suède, la Norvège et les Pays-bas - ont déjà annoncé le gel d'une partie de leur aide bilatérale à ce pays d'Afrique de l'Est.

L'aide internationale représente environ 20% du budget annuel de l'Ouganda, établi à environ 12 milliards de dollars (8,6 milliards d'euros) pour 2014.

str-sas/hv/yad/eln/ayv/hba

PLUS:hp