NOUVELLES
28/03/2014 10:17 EDT | Actualisé 28/05/2014 05:12 EDT

Les prix baissent en Espagne, symptôme du risque de déflation en zone euro

Les prix à la consommation ont baissé en Espagne en mars pour la première fois depuis octobre 2009, alimentant les craintes d'une déflation dans ce pays comme dans l'ensemble de la zone euro, malgré les propos rassurants de la BCE.

L'inflation dans la quatrième économie de la zone euro, déjà très basse ces derniers mois, a glissé en mars en territoire négatif, avec un recul des prix de 0,2% sur un an, selon les données provisoires publiées vendredi par l'Institut national de la statistique (Ine).

A l'horizon: le risque de voir apparaître la déflation, c'est-à-dire une baisse des prix prolongée minant l'ensemble de l'économie.

La déflation a notamment pour effet de décourager les achats des consommateurs et des entreprises, qui préfèrent les reporter dans l'espoir de payer moins cher plus tard.

L'Espagne, sortie récemment de deux ans de récession, avait déjà connu une période de déflation en 2009, avec un recul des prix pendant huit mois consécutifs.

Son risque de renouer avec un tel phénomène est désormais l'écho d'une crainte plus large en zone euro, où l'inflation a atteint 0,7% en février, alors que la Banque centrale estime qu'elle peut aller jusqu'à 2%.

Au Portugal, les prix ont déjà baissé en février, tandis qu'en Grèce ils reculent depuis maintenant un an.

"Il y a un risque de déflation" en zone euro et même s'"il n'est pas élevé", la BCE "doit prendre des mesures pour anticiper cette possibilité, avec une politique monétaire encore plus détendue", a déclaré mercredi le gouverneur de la Banque d'Espagne et membre du conseil des gouverneurs de la BCE, Luis Maria Linde.

La veille, le patron de la BCE Mario Draghi avait affirmé être "prêt à prendre des mesures supplémentaires" si l'inflation ne retrouvait pas des niveaux plus élevés, estimant toutefois que "le risque de déflation est limité".

Ce danger semble, pour l'instant, surtout menacer le sud de la zone euro: "les pressions déflationnistes s'intensifient dans les pays périphériques mais sans être un problème généralisé dans l'ensemble de la zone euro", affirmaient vendredi les analystes de la maison de courtage Renta4.

ka/sg/php/phv

PLUS:hp