NOUVELLES
27/03/2014 11:17 EDT | Actualisé 27/05/2014 05:12 EDT

Turquie: 45 personnes soupconnées de liens avec les rebelles kurdes libérées

Un tribunal d'Istanbul a remis en liberté 45 personnes, dont 8 journalistes, incarcérées depuis plus de deux ans pour leurs liens présumés avec les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), ont rapporté jeudi les médias turcs.

Ces accusés ont été libérés sous contrôle judiciaire mercredi en vertu d'une loi récemment votée par le Parlement turc qui limite la durée maximale de détention précédant un procès, selon la presse locale.

Le tribunal a toutefois refusé cette mesure à 53 autres suspects, dont dix journalistes, au motif qu'il existait des "preuves manifestes" de leur proximité avec le PKK, un mouvement interdit et considéré comme "terroriste" par les autorités d'Ankara.

Touts ces personnes ont été interpellées en décembre 2011 dans le cadre d'un vaste coup de filet lancé en 2009 dans toute la Turquie contre l'Union des communautés kurdes (KCK), interdit lui aussi, considéré comme la vitrine urbaine du PKK.

Les milieux kurdes de Turquie ont évalué à quelque 3.500 le nombre de personnes interpellées dans le cadre de ce dossier, alors que les chiffres officiels des autorités turques ont fait état en 2011 de 600 arrestations.

Le gouvernement islamo-conservateur turc a engagé à l'automne 2011 des discussions avec le chef historique du PKK Abdullah Öcalan, qui purge une peine de prison à vie, afin de mettre un terme à un conflit qui a fait plus de 45.000 morts depuis 1984.

Le PKK a décrété un cessez-le-feu unilatéral il y a un an et commencé le retrait de ses combattants vers leurs base du nord de l'Irak. Mais ce mouvement a été interrompu en septembre dernier, les Kurdes jugeant qu'Ankara n'avait pas respecté ses promesses.

A l'occasion du Nouvel an kurde, M. Öcalan s'est prononcé la semaine dernière pour la relance de ce processus de discussion.

dg-pa/rhl

PLUS:hp