NOUVELLES
27/03/2014 03:21 EDT | Actualisé 26/05/2014 05:12 EDT

Sainte-Brigitte-de-Laval : dépassement de coûts pour l'hôtel de ville à l'examen

Le ministère des Affaires municipales s'interroge sur l'octroi de certains contrats concernant l'agrandissement de l'hôtel de ville de Sainte-Brigitte-de-Laval.

Selon des vérifications du ministère obtenues par Radio-Canada, les travaux amorcés en 2010 sous l'ancienne administration municipale ont coûté 180 000 $ de plus que prévu, ce qui représente 20 % de la valeur du contrat initial.

L'analyse du dossier révèle également que la réalisation des plans et devis ont coûté deux fois plus cher que l'offre déposée par la firme CIMA+.

L'ancien maire Gilbert Thomassin explique qu'il y a eu des imprévus en raison de la vétusté de la bâtisse et que le système de chauffage a dû être remplacé.

« Les plans et devis ont coûté deux fois plus cher parce que la deuxième fois, on a été obligés de faire d'autres plans quand on a décidé de changer le système de chauffage et de changer toute la tuyauterie dans l'hôtel de ville et ça, c'était pas prévu au départ », affirme-t-il.

Selon M. Thomassin, il n'y a eu aucune fraude. Il ajoute que l'ex directeur général de la ville, Gaétan Bussière, congédié par le nouveau conseil municipal, serait mieux placé que lui pour expliquer les dépassements de coûts.

Dans sa missive acheminée la semaine dernière à la municipalité, le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire (MAMROT) fait savoir qu'il se réserve le droit d'acheminer le dossier aux autorités concernées, soit l'Unité permanente anticorruption (UPAC).

Pour sa part, la mairesse actuelle, Wanita Daniele, entend communiquer avec le MAMROT afin d'obtenir des éclaircissements sur ce rapport et déterminer si son administration doit ou peut intervenir pour corriger la situation.

D'après les informations de Nicolas Vigneault

PLUS:rc