Huffpost Canada Quebec qc

Neuf enfants autochtones sur dix dans le nord canadien ne mangent pas à leur faim

Publication: Mis à jour:
FIRST NATIONS HUMAN RIGHTS COMPLAINTS
CP

OTTAWA - Les populations autochtones du nord canadien, notamment les enfants, ne mangent pas à leur faim et développent des maladies liées à la malnutrition ou aux dérèglements alimentaires, selon un rapport d'experts publié jeudi par le Conseil des académies canadiennes.

"Au Canada, les ménages autochtones vivent une insécurité alimentaire dans une proportion qui est plus du double de celle des ménages non autochtones (27% contre 12%)", affirme le document.

La situation est pire pour ces populations autochtones lorsqu'elles vivent dans la moitié nord du Canada.

Les enquêtes menées auprès de ces ménages montrent que neuf enfants sur dix ont faim, trois sur quatre sautent des repas et pratiquement deux sur trois "peuvent passer une journée sans manger", selon ce rapport du comité d'experts sur la sécurité alimentaire dans le nord du Canada.

Les coûts de l'alimentation sont devenus démesurés dans le budget de ces populations et dans certains cas les revenus ne suffisent pas à nourrir une famille.

Le rapport souligne ainsi que "le coût moyen de la nourriture pour un ménage avec enfants au Nunavut, au Nunatsiavut et dans la région désignée des Inuvialuit" --des populations autochtones du Nord-- est d'environ 20.000 dollars canadiens par an. Mais pour la moitié des Inuits adultes, le revenu annuel est inférieur à ce montant.

Les modifications des habitudes alimentaires, avec les changements culturels et environnementaux, aggravent les effets de la malnutrition. Les habitudes alimentaires sont en effet passées d'une nourriture "d'origine locale" (chasse, pêche, cueillette) à une nourriture acheminée depuis le Sud moins riche "en nutriments", relèvent les experts.

Cette "insécurité alimentaire a des conséquences physiques négatives, telles que la malnutrition et l'obésité", ajoute le rapport qui cite aussi des cas de diabète ou d'accidents cardiovasculaires plus importants que dans le reste de la population.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


> Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?