NOUVELLES
27/03/2014 05:31 EDT | Actualisé 27/05/2014 05:12 EDT

Investiture: le PCC réprimande l'un de ses députés pour des appels trompeurs

OTTAWA - La direction du Parti conservateur du Canada a réprimandé, jeudi, le député Rob Anders pour des appels trompeurs logés dans le cadre d'une course à l'investiture très disputée, soulignant qu'elle souhaitait que le processus de nomination soit juste et transparent.

L'équipe électorale de M. Anders pour l'investiture conservatrice dans la circonscription de Calgary-Signal Hill a appelé des membres du parti la semaine dernière en leur donnant peut-être l'impression qu'elle représentait en fait l'adversaire du député, Ron Liepert.

Le compte rendu intégral des appels, qui a été soumis au Comité national de sélection des candidats du Parti conservateur, montre que les personnes ayant effectué les appels ont affirmé agir pour le compte de la formation politique et demandé aux membres s'ils avaient l'intention d'appuyer M. Liepert.

Selon une source au fait du dossier, lorsqu'un membre admettait ne pas savoir pour qui voter, son interlocuteur se mettait alors à critiquer Ron Liepert.

M. Liepert, un ex-ministre provincial de l'Alberta qui cherche à remplacer Rob Anders comme candidat conservateur dans la circonscription anciennement nommée Calgary-Ouest, a déposé une plainte auprès d'Élections Canada cette semaine.

La Presse Canadienne a obtenu copie de la lettre envoyée à M. Anders par le puissant Comité national de sélection des candidats, qui qualifie le contenu des appels d'erroné et de trompeur. La missive poursuit en rappelant à l'équipe de Rob Anders qu'elle a l'obligation d'être claire lorsqu'elle communique avec les membres du parti.

Jeudi, M. Anders a refusé de commenter la lettre, mais a dit voir une différence entre la position du parti et celle de Ron Liepert, qui a soutenu que les personnes ayant fait les appels avaient affirmé représenter son équipe.

Ron Anders a révélé qu'il voulait toujours traîner son rival devant les tribunaux pour ses allégations dans cette affaire.

De son côté, M. Liepert a fait savoir qu'il voulait que ses échanges avec le Parti conservateur demeurent confidentiels et a laissé à la formation le soin de commenter le dossier si elle le jugeait nécessaire. Il a ajouté que, selon lui, le parti avait respecté sa promesse de justice et de transparence concernant les courses à l'investiture.

C'est la première fois depuis l'arrivée des conservateurs au pouvoir en 2006 que les députés sortants de la formation ne sont pas assurés de pouvoir se présenter à nouveau comme candidat aux élections fédérales de 2015. Une poignée de députés du Parti conservateur sont ainsi obligés de briguer de nouveau l'investiture dans leur circonscription.

PLUS:pc