NOUVELLES
27/03/2014 03:53 EDT | Actualisé 26/05/2014 05:12 EDT

Baird profite de la crise en Ukraine pour promouvoir le pétrole canadien

Le Canada veut ouvrir les marchés européens au pétrole et au gaz naturel de l'Ouest. Le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, a fait valoir, jeudi, que la crise en Ukraine avait accentué cette nécessité.

Il a indiqué que la récente annexion de la Crimée à la Russie incite l'Europe à prendre ses distances avec la Russie, leur fournisseur de pétrole et de gaz naturel.

À l'heure actuelle, 40 % du gaz naturel consommé sur le Vieux Continent provient de gaz russe transitant par l'Ukraine, une situation qui conditionne la réponse européenne à l'annexion de la Crimée par la Russie. La chancelière allemande, Angela Merkel, a déjà fait remarquer que son pays, qui importe 35 % de son énergie de la Russie, est intéressé à importer de l'énergie du Canada pour peu qu'il ait les infrastructures appropriées.

John Baird a d'ailleurs insisté jeudi, dans son point de presse depuis Ottawa, sur le fait qu'il faut accélérer la construction de telles infrastructures.

Depuis l'Europe, le ministre de l'Industrie, James Moore, a  fait écho aux propos du chef de la diplomatie. « Nous voulons que les ressources naturelles canadiennes soient vendues aux prix des marchés mondiaux, nous voulons qu'elles obtiennent de bons résultats sur les marchés mondiaux, et nous voulons nous engager à réaliser ces projets », a martelé M. Moore.

« À la lumière de nos rencontres avec la Corée du Sud, la Jordanie, Israël et ici, en Allemagne et aux Pays-Bas, (...) ce sont cinq marchés internationaux très différents, mais qui nous ont tous demandé, parmi leurs premières questions, de leur parler du développement de nos ressources naturelles et de notre politique en matière d'énergie. »

Stephen Harper rassure Angela Merkel

En visite en Allemagne, Stephen Harper a réitéré mercredi que le Canada pourrait aider les Allemands dans le cas d'une crise énergétique si l'Occident imposait des sanctions visant le secteur énergétique russe.

« Il y a des occasions économiques pour le Canada; c'est évidemment notre intention, dans tous les cas, de faire ce que nous pouvons pour tenter d'exporter de l'énergie à l'extérieur du continent nord-américain. Cela dit, nous étudions un programme de sanctions. Nous croyons tous qu'à court terme cela nous causera des problèmes, y compris pour le Canada. »

Barack Obama  invite l'Europe à se libérer de sa dépendance russe

Le président américain Barack Obama est aussi d'avis que les 28 pays de l'Union européenne doivent « diversifier » leurs sources d'énergie pour se libérer de leur dépendance au gaz russe. 

M. Obama a tenu ces propos lors d'une rencontre à Bruxelles mercredi avec les présidents du Conseil européen et de la Commission européenne. La crise ukrainienne et la sécurité énergétique étaient au coeur des discussions.

PLUS:rc