NOUVELLES
27/03/2014 07:26 EDT | Actualisé 27/05/2014 05:12 EDT

251 Congolais morts dans le naufrage entre l'Ouganda et la RDC (gouvernement congolais)

Le gouvernement congolais a annoncé jeudi la mort de 251 réfugiés congolais dans le naufrage d'un bateau samedi sur le lac Albert, à la frontière entre l'Ouganda et la République démocratique du Congo, et a décrété un deuil national de trois jours.

Le gouvernement congolais "a la profonde douleur de confirmer à la nation la mort de 251 de nos compatriotes qui avaient pris place à bord d'un navire (...) en provenance du côté ougandais du lac Albert", a déclaré à la presse son porte-parole, Lambert Mende.

"Pour marquer la solidarité et la compassion de la nation congolaise tout entière", le gouvernement a décidé, sur instruction du président Joseph Kabila, "de proclamer un deuil national de trois jours qui prend effet à partir de ce jeudi", a-t-il ajouté.

Mardi, les autorités ougandaises avaient annoncé que 107 corps, dont ceux de 57 enfants, avaient été retrouvés.

La navigation sur les grands lacs d'Afrique centrale peut s'avérer aussi périlleuse qu'en haute mer lorsque les conditions météorologiques sont mauvaises. Les accidents se soldent souvent par des bilans très lourds, en raison de la surcharge des embarcations, de l'absence de gilets de sauvetage à bord et du fait qu'une grande proportion de la population ne sait pas nager.

Selon M. Mende, il y avait environ 300 personnes à bord du bateau qui ramenait des réfugiés congolais d'Ouganda en RDC lorsqu'il a chaviré, et dont les mesures de sécurité faisaient "vraisemblablement" défaut.

Ce bateau était l'un des "deux partis samedi matin du district de Hoima, sur la rive orientale du lac et qui transportait des réfugiés [...] rentrant chez eux de leur propre initiative", selon un communiqué du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) publié lundi.

Le HCR indique que les survivants ont été recueillis dans son centre de transit de Bundibugyo (au sud du lac, à la frontière avec la RDC), où ils sont pris en charge par l'Etat ougandais, le HCR et ses partenaires, notamment sur le plan de l'"aide psycho-sociale".

"Les contacts qui impliquent le gouvernement ougandais, le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés et le gouvernement de la République démocratique du Congo (...) aboutiront soit au rapatriement dans de bonnes conditions de ceux qui le souhaitent, soit à l'amélioration des conditions de vie de ceux qui n'auront pas encore décidé de rentrer à la maison", a indiqué M. Mende.

La tragédie de samedi a eu lieu quelques jours seulement après le lancement d'un campagne des autorités congolaises pour imposer le port du gilet de sauvetage sur toutes les embarcations naviguant en RDC.

Le HCR rappelle que l'Ouganda est un important pays d'accueil pour les réfugiés. La plupart des nouveaux arrivants fuient les violences au Soudan du Sud, mais le pays abrite encore 175.000 réfugiés congolais, sur un nombre total de près de 329.000 réfugiés fin février.

hab/jpc

PLUS:hp