NOUVELLES
26/03/2014 01:20 EDT | Actualisé 25/05/2014 05:12 EDT

Red Bull sans aucun doute

Christian Horner est « extrêmement confiant » avant l'audience de l'appel logé par l'équipe, et qui sera entendu le 14 avril à Paris.

Red Bull en appelle de la disqualification de son pilote Daniel Ricciardo pour « non-respect des procédures », et arrivé 2e du Grand Prix d'Australie.

Ricciardo a été déchu de ce résultat, car le débit d'essence sur sa Red Bull a été jugé non conforme au règlement qui impose un maximum de 100 kg par heure. L'équipe juge que son propre capteur de débit, qui indiquait un débit de carburant conforme au règlement, était plus fiable que celui fourni par la FIA (Fédération internationale de l'automobile) qui avait des ratés. Red Bull a fait appel.

« Nous sommes extrêmement confiants », a expliqué Christian Horner à la chaîne britannique Sky Sports. Nous n'avons commis aucune infraction, nous n'avons pas dépassé la limite des 100 kg par heure. C'est la raison pour laquelle nous avons fait appel. Nous avons les preuves et en dernier ressort, ce sera la cour d'appel qui jugera. »

Le patron de l'équipe entend s'appuyer sur la formulation du règlement : « Le débit de la masse d'essence ne doit pas excéder 100 kg par heure ».

Pour le mesurer, Red Bull a utilisé son propre capteur et prétend que les données ne doivent pas, obligatoirement, provenir du capteur imposé et homologué par la FIA. "

« Toute notre argumentation repose sur la lecture qui peut être faite du règlement, et nous pensons notre lecture correcte », a ajouté le dirigeant britannique.

« Nous avons d'un côté un capteur qui dérive sans cesse et qui n'indique pas la mesure correcte, et de l'autre, un capteur dont nous savons qu'il est calibré et dont nous savons que la mesure n'a pas varié pendant tout le week-end. Il a été vérifié et il a été déterminé qu'il n'était pas défectueux. Et il en a été ainsi pendant tout le week-end. »

« Notre argument est très simple, nous n'avons pas enfreint le règlement technique. Nous n'avons pas dépassé la limite supérieure permise et nous espérons pouvoir démontrer que le capteur qui nous a été proposé transmettait des données erronées. »

Christian Horner, dans un deuxième temps, met en cause la FIA et son délégué technique.

« Je pense que le problème, ce sont les directives techniques, affirme le Britannique. C'est un problème que nous avons déjà vu avec Pirelli et avec les doubles diffuseurs. Ce qui compte, ce n'est plus le règlement lui-même, mais l'opinion du délégué technique (de la FIA, Charlie Whiting). Ce ne sont plus des règlements, ce sont des opinions. »

« Nous nous en tenons à l'article 5.1.4 de la réglementation technique du Code sportif qui dit qu'il ne faut pas dépasser les 100 kg par heure. Nous n'avons pas dépassé cette limite. Par conséquent, notre point de vue, c'est que nous sommes dans notre droit et que les directives techniques n'ont aucune valeur juridique. »

La FIA basera son argumentation sur le fait que Red Bull devait utiliser le matériel officiel fourni par la FIA, et non son propre matériel. Même si le capteur FIA n'était pas fiable. Ferrari, Mercedes-Benz et McLaren ont utilisé le capteur officiel et ont appuyé la FIA dans ce dossier. Red Bull a d'ailleurs utilisé le capteur FIA pour mesurer la consommation de la voiture de Sebastian Vettel.

Red Bull doit maintenant disputer deux courses avant de connaître le verdict de son appel. Au sujet du matériel qu'elle utilisera en Malaisie ce week-end et à Bahreïn, le week-end suivant, Christian Horner a répondu :

« Nous espérons que nous aurons un capteur (FIA) qui fonctionne et qui fonctionne sur la même base que notre propre capteur de débit de carburant, et qu'il n'y ait pas de différence », a-t-il souhaité.

« S'il y a un écart, une différence, alors évidemment nous devrons en discuter avec la FIA et nous ne serons probablement pas les seuls à le faire », a conclu le patron de l'équipe Red Bull.

Le tribunal d'appel de la FIA se réunira le 14 avril à Paris pour entendre les parties et pour rendre un verdict. Pour le moment, le classement modifié du Grand Prix d'Australie (avec les deux pilotes McLaren sur le podium) est en suspens.   

PLUS:rc