NOUVELLES
26/03/2014 09:43 EDT | Actualisé 26/05/2014 05:12 EDT

Présidentielle en Mauritanie: l'opposition pose des conditions

L'opposition en Mauritanie a posé mercredi des conditions à sa participation à la présidentielle prévue en juin, réclamant des changements au sein des structures chargées de l'organiser.

"La composition de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), du Conseil constitutionnel et de l'agence chargée de l'état-civil doit être changée de manière à recevoir la confiance de tous les acteurs politiques", indique un communiqué du Forum national pour la démocratie et l'Unité (FNDU).

Ce forum est une nouvelles structure créée après un rassemblement de partis politiques, syndicats et organisations de la jeunesse proches de l'opposition.

L'opposition a souhaité la formation d'un "gouvernement consensuel", a exigé que les forces armées soient écartées du jeu politique, que les médias publics soient libérés de l'emprise du pouvoir et que les nominations aux postes admnistratifs cessent avant l'élection.

"Les dernières élections législatives et communales (de novembre et décembre 2013) ont démontré la necessité absolue de mettre en place des garanties suffisantes avant toute nouvelle élection, surtout qu'il s'agit aujourd'hui d'une présidentielle", affirme le communiqué du FNDU.

Le porte-parole du gouvernement, Sidi Mohamed Ould Maham, avait affirmé la semaine dernière que toutes les demandes de l'opposition pouvaient faire l'objet de discussions, sauf celles sur un gouvernement d'union ou d'un report de la présidentielle.

Selon des sources proches de la Céni, l'élection doit avoir lieu le 7 juin, mais aucune date officielle n'a encore été fixée.

En dehors des islamistes de Tewassoul, la dizaine d'autres partis de la Coordination de l'opposition démocratique (COD) avaient boycotté les dernières législatives et municipales.

Le président Mohamed Ould Abdel Aziz, un ancien général arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en août 2008, avait été élu un an après pour un mandat de cinq ans lors d'un scrutin contesté par l'opposition. Sauf énorme surprise, il devrait être candidat à sa succession.

hos/stb/jmc

PLUS:hp