NOUVELLES
26/03/2014 04:56 EDT | Actualisé 26/05/2014 05:12 EDT

L'OTAN devrait être plus présente en Europe orientale, dit un diplomate polonais

OTTAWA - L'ambassadeur de Pologne au Canada a prévenu, mercredi, que la sécurité et les certitudes de la communauté internationale en cette ère post-guerre froide avaient pris fin avec la récente annexion de la Crimée par la Russie, et que l'OTAN devrait être plus présente en Europe orientale.

Marcin Bosacki a affirmé que la situation était devenue «très dangereuse» dès le moment où le président russe, Vladimir Poutine, s'était mis à parler ouvertement de la nécessité de corriger les erreurs de l'histoire, comme il l'a fait la semaine dernière.

Le diplomate a noté que seulement une poignée des 62 000 soldats américains en Europe étaient stationnés dans les pays qui ont récemment adhéré à l'OTAN, et que la coalition militaire devrait «renforcer sa présence sur le flanc est».

La Pologne partage une frontière avec l'Ukraine.

Slawomir Debski, directeur du Centre russo-polonais pour le dialogue et la compréhension, a pour sa part soutenu que la communauté internationale avait le devoir de «stopper la Russie», et s'est dit persuadé que l'OTAN défendrait ses nouveaux alliés, comme la Pologne et les pays Baltes, s'ils étaient menacés.

Selon l'ambassadeur Bosacki, Varsovie et Ottawa ont amorcé une étroite collaboration durant la crise en Ukraine, et annonceront bientôt une série d'initiatives conjointes qui aideront l'ancienne république soviétique à tourner la page sur cet épisode tumultueux.

Il a souligné que la Pologne était le pays du bloc de l'Est qui avait le mieux réussi sa transition du communisme vers la démocratie et le libre marché, une expérience que plusieurs estiment précieuse pour les autres nations de l'Europe orientale.

PLUS:pc