NOUVELLES
26/03/2014 07:26 EDT | Actualisé 26/05/2014 05:12 EDT

L'est du pays paralysé par une tempête

L'est du Québec et les provinces de l'Atlantique sont paralysés par une tempête qui souffle des rafales de plus de 160 km/h et devrait laisser 50 cm de neige par endroits.

Le système, qualifié de « bombe météorologique » par les spécialistes, en raison de la très basse pression atmosphérique en son centre, progresse vers le nord en longeant la côte américaine.

La puissante dépression affecte la Nouvelle-Angleterre, la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick, l'Île-du-Prince-Édouard, l'est du Québec, la Gaspésie, les Îles-de-la-Madeleineet Terre-Neuve-et-Labrador.

La plupart des écoles et certains bureaux gouvernementaux ont été fermés en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick et à l'Île-du-Prince-Édouard.

Les vols en partance et en direction de la région atlantique ont été annulés.

La compagnie d'autocars MaritimeBus a annulé presque tous ses trajets mercredi. Les services du traversier Marine Atlantique, qui fait la liaison entre la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador, sont interrompus mercredi et jeudi.

À mi-journée mercredi, la société de transport d'Halifax a ramené ses autobus aux garages.

Une partie de la Transcanadienne fermée

Au Nouveau-Brunswick, la transcanadienne entre Moncton et la Nouvelle-Écosse est fermée en raison de la poudrerie qui empêche les déneigeuses de circuler.

La transcanadienne est également fermée en Nouvelle-Écosse entre Oxford et Amherst.

Le pont de la Confédération, menant vers l'Île-du-Prince-Édouard, a même dû être temporairement fermé en raison des puissantes rafales qui soufflaient à travers le détroit de Northumberland.

En début de soirée, le pont Hillsborough, le principal point de liaison de la banlieue ouest de Charlottetown, dans l'Île-du-Prince-Édouard, a dû être fermé en raison des conditions météorologiques.

Également en début de soirée, la Gendarmerie royale du Canada dans l'ouest de Terre-Neuve-et-Labrador rapportait que les autoroutes entre Port-aux-Basques, Stephenville et Corner Brook étaient pour ainsi dire impraticables à cause de la poudrerie.

Pannes de courant

En Nouvelle-Écosse, les pannes d'électricité, qui ont commencé à affecter le littoral sud-ouest de la province, se sont répandues le long de la côte de la baie de Fundy, jusque dans la région de Halifax et dans certains secteurs de Cap-Breton. À un certain moment, plus de 16 000 résidants et places d'affaires étaient privés de courant.

Des pannes d'électricité ont aussi été rapportées au Nouveau-Brunswick, particulièrement dans la région de St. Stephen. Dans l'Île-du-Prince-Édouard, la société Maritime Electric tentait de réparer des pannes un peu partout sur son territoire lorsque la température est devenue si rigoureuse qu'elle a dû retirer ses équipes des routes.

Les autorités des régions touchées par la tempête demandent aux citoyens de faire des réserves de nourriture, d'eau et de carburant pour tenir au moins trois jours. Elles préviennent également les gens que les conditions de blizzard intense rendront la visibilité complètement nulle et les déplacements impossibles dans plusieurs régions.

Des rafales de 186 km/h

À Brier Island, le long de la côte occidentale de la Nouvelle-Écosse, une rafale de vent a été chronométrée à 133 km/h en après-midi, a rapporté Environnement Canada. À Grand Étang, une région de l'ouest de Cap-Breton généralement reconnue pour ses forts vents, une bourrasque venant de l'est s'est élevée à 161 km/h, à 16 h.

À 19 h, des rafales de 186 km/h sévissaient à Wreckhouse, dans l'ouest de Terre-Neuve-et-Labrador, une autre région notoire pour ses vents puissants.

Le directeur du Bureau de gestion des urgences de la Nouvelle-Écosse, Sean Irvine, a indiqué que les avertissements au sujet de la tempête avaient aidé les citoyens à se préparer.

Les autorités n'ont rapporté aucun dommage, a également déclaré M. Irvine. Il a cependant averti que la tempête allait demeurer quelque temps dans la région.

Tracey Talbot, météorologue à Environnement Canada à Halifax, a fait savoir que les répercussions de la tempête ne seront pas connues avant tard jeudi.

Les Îles-de-la-Madeleine dans la tourmente

La visibilité est nulle aux Îles-de-la-Madeleine partout sur la route 199. La visibilité est aussi réduite sur la pointe de la Gaspésie, entre Chandler et Gaspé.

Selon Hydro-Québec, 527 clients sont privés d'électricité aux Îles-de-la-Madeleine, tous dans le secteur de Havre-Aubert.

Orléans Express a annulé des départs de Rimouski vers Gaspé.

Pour les utilisateurs de la mobilité, suivez la couverture en direct des journalistes d'ICI Radio-Canada dans les provinces de l'Atlantique.

Risques d'inondations et de déferlements côtiers

Des avertissements destinés aux résidents des secteurs côtiers ont aussi été émis en raison des risques d'inondations et des marées, qui seront beaucoup plus hautes que la normale, selon Environnement Canada. Les marées pourraient en effet augmenter de 50 à 80 cm en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick, prévient le service météorologique du gouvernement du Canada.

Les masses d'eau agitées par les grands vents pourraient provoquer des déferlements côtiers dans plusieurs secteurs, déclarent les autorités.

Les glaces, qui pourraient être poussées dans les terres par les flots, représentent aussi un danger pour les gens qui habitent en bord de mer et pour leurs maisons.

Sur la côte Est américaine et en Nouvelle-Angleterre, jusqu'à 25 cm de neige et de forts vents sont attendus. Les régions situées le plus au nord seront davantage touchées. 

PLUS:rc