NOUVELLES
26/03/2014 11:07 EDT | Actualisé 26/05/2014 05:12 EDT

La possible élection d'un maire d'extrême droite inquiète le Festival d'Avignon

Le directeur du Festival d'Avignon en France, l'un des plus grands rendez-vous mondiaux du théâtre, a déclaré lundi à la radio que si le candidat d'extrême droite était élu maire de la ville, le festival devrait déménager. 

Olivier Py est à la tête du festival pour la première année. Interrogé sur les ondes de France Info après l'annonce des résultats du premier tour des élections municipales en France, il a parlé d'« état de choc » et envisage de délocaliser la manifestation si le candidat du Front National est élu au second tour.

Pour lui, Avignon est une ville qui est « tout le contraire de l'esprit du front national », une « ville de culture ouverte, profondément internationale et multiculturelle ». Selon lui, en cas d'élection du Front national, « il faudrait partir, il n'y aurait aucune autre solution. »

En jeu : des retombées de 20 millions d'euros pour la ville

Le festival fondé en 1947 par Jean Vilar présente chaque été plus de 1200 spectacles. En 2013, il disposait d'un budget d'environ 12 millions d'euros (plus de 18 millions de dollars). Chaque année, il génère des retombées économiques de l'ordre de 20 millions d'euros pour la ville. Son financement provient à 59 % de subventions publiques, dont 13 % de la ville elle-même.

Interrogé sur la possibilité de rester à Avignon en cas d'élection d'un maire Front national tout en refusant les subventions de la ville, Olivier Py a répondu que cela lui semblait techniquement difficile. En effet, la ville ne fait pas que financer le festival. Elle met aussi à sa disposition de nombreux lieux, dont la célèbre cour d'honneur du Palais des papes. 

Partir ou rester?

D'autres représentants du milieu culturel réagissent cependant différemment et souhaitent au contraire rester pour « résister », notamment deux directeurs de théâtre interrogés et cités par Le Monde.

De son côté, le directeur du musée d'art contemporain de la ville estime le scénario d'un maire du Front national « irréalisable ». Et même si cela arrivait, il continuerait son travail « avec le même engagement [à l'égard] des artistes, et du public. »

Le candidat du Front national, futur maire potentiel, accuse quant à lui le directeur du Festival de théâtre d'« instrumentaliser la culture » pour des « raisons personnelles ». 

Spéculation prématurée

Il est cependant prématuré de spéculer sur un éventuel départ du festival puisque le deuxième tour des élections municipales n'aura lieu que le 30 mars. Par ailleurs, et la candidate socialiste, dont le score au premier tour était pratiquement le même que celui du candidat du Front national, pourrait encore l'emporter. 

Et quoi qu'il en soit, Olivier Py a promis que le 68e festival aurait bel et bien lieu du 4 au 27 juillet 2014, sa position valant pour 2015.

Avec Le Monde et France Info

PLUS:rc