NOUVELLES
26/03/2014 04:43 EDT | Actualisé 26/05/2014 05:12 EDT

Intimidation: Bernard «Rambo» Gauthier de retour en cour le 14 avril

SEPT-ILES, Qc - Un vieux dossier lié à l'allégeance syndicale est revenu hanter le représentant de la FTQ-Construction sur la Côte-Nord, Bernard «Rambo» Gauthier, mardi.

Dans un litige qui l'oppose à Harold Richard, un travailleur de la CSN-Construction, la Cour supérieure du Québec a reconduit le 12 mars dernier les conclusions de la Commission des relations du travail (CRT) en lien avec des gestes d'intimidation posés par Bernard Gauthier et Michel Bezeau, représentant de l'Association des manoeuvres internationaux, à l'endroit de M. Richard.

La FTQ-Construction avait demandé une révision judiciaire de la décision de la CRT, mais la Cour supérieure a maintenu l'analyse effectuée. Cette décision a été rendue au palais de justice de Sept-îles jeudi dernier, et des conditions ont été imposées aux deux agents d'affaires impliqués. MM. Gauthier et Bezeau s'étaient engagés à se tenir loin du plaignant.

Néanmoins, dès sa sortie du tribunal, Bernard Gauthier aurait invectivé M. Richard qui a porté plainte à nouveau. C'est en vertu de cette nouvelle accusation, de bris d'engagement, que Bernard Gauthier a comparu mardi.

Les différends entre MM. Gauthier et Richard remontent à 2006 au moment où le plaignant, qui était alors syndiqué à la CSN, avait changé de syndicat dans l'espoir, lui aurait-on dit, d'obtenir davantage de travail en passant à la FTQ.

Non satisfait de son sort, il est retourné à la CSN en 2009, mais aurait perdu son emploi, selon la poursuite, après avoir croisé Bernard Gauthier sur un chantier.

Une plainte avait été déposée en septembre 2009 à la Commission des relations du travail à l'effet qu'il avait perdu son emploi en raison de son affiliation syndicale à la CSN.

Un autre incident s'était aussi produit lors de la grève de la construction, en 2013, alors que la CSN-Construction et la FTQ-Construction étaient réunies en alliance syndicale.

L'agent de la FTQ-Construction a pu retrouver sa liberté en échange d'une caution et devra se présenter à nouveau devant le tribunal le 14 avril prochain.

PLUS:pc