NOUVELLES
26/03/2014 06:22 EDT | Actualisé 26/05/2014 05:12 EDT

Corée du Nord: de rares vidéos montrent des marchés et des bars karaoke

Des vidéos clandestines lèvent un coin du voile sur les plaisirs nocturnes des nouveaux riches nord-coréens ou sur des marchés animés destinés également à cette classe moyenne émergente, des images rares en provenance de Corée du Nord.

Ces images ont été obtenues par un pasteur sud-coréen, Kim Sung-Eun, très engagé dans l'aide aux Nord-Coréens ayant fui leur pays. Elles lui ont été fournies par ses "sources" en Corée du Nord, qui les ont fait sortir clandestinement.

Les images datent des six derniers mois et ont été prises à plusieurs endroits du pays, dont la zone économique spéciale de Rajin et la cité portuaire de Chongjin.

Sur l'une d'elle, un groupe d'hommes et de femmes dotés d'un fort accent nord-coréen boivent de la bière, dansent, chantent et se câlinent dans le salon d'un bar karaoke.

"C'est l'équivalent nord-coréen d'un salon privé, avec les services d'un restaurant et d'un karaoke, où des femmes servent des clients masculins", a indiqué le pasteur à la presse.

"Les moeurs sud-coréens n'ont plus de mystère pour les Nord-Coréens, en raison de la contrebande de vidéos (sud-coréennes). Et ils sont adoptés (par ceux qui le peuvent) de plus en plus rapidement", a ajouté Kim Sung-Eun.

La scène filmée dans le karaoke nord-coréen est bien plus sage que ce que l'on peut voir parfois dans les karaoke sud-coréens où se retrouvent les collègues de bureau après le travail.

Les femmes sont habillées plutôt sobrement et leurs danses sont moins suggestives que dans les établissements du Sud.

Selon le pasteur, l'endroit où a été filmé la scène est un de ces nouveaux clubs nocturnes, financés avec des fonds chinois, qui visent la clientèle nord-coréenne aisée. Les clients ont fait fortune pour la plupart grâce au commerce transfrontalier avec la Chine, le puissant allié de Pyongyang.

D'autres images montrent un marché en plein air très animé, où les vendeurs proposent des accessoires pour téléphones mobiles et autres produits électroniques.

Des vidéos --non officielles-- de la vie quotidienne en Corée du Nord, notamment hors de Pyongyang, sont très rares. Les touristes sont encadrés et promenés le long d'un parcours fixé d'avance, sans avoir la possibilité d'échapper à la surveillance des guides.

De même les journalistes étrangers ayant obtenu un visa sont accompagnés tout au long de leur séjour.

Les graves défaillances du système étatique de production agricole et de distribution poussent les Nord-Coréens --dont des dizaines de milliers ont succombé à la famine au milieu des années 90-- à s'approvisionner auprès de marchés non officiels ou à avoir recours au troc.

Le rapport d'une agence de l'ONU, publié en novembre dernier, qualifiait l'alimentation de "très limite ou pauvre" au sein de 84% des foyers du pays.

Mais les transfuges passés au Sud signalent l'émergence d'une petite classe moyenne, qui dispose de revenus proches de ceux autrefois réservés seulement à l'élite, grâce au commerce transfrontalier.

jhw/gh/fmp/ia

PLUS:hp