NOUVELLES

Ukraine: le Parlement démet le ministre de la Défense après la perte de la Crimée

25/03/2014 07:06 EDT | Actualisé 25/05/2014 05:12 EDT

Le Parlement ukrainien a démis mardi le ministre de la Défense Igor Tenioukh, critiqué pour sa gestion de l'humiliante perte de la Crimée, et nommé à sa place le général Mikhaïlo Koval.

Il s'agit du premier remaniement gouvernemental depuis la chute du président Viktor Ianoukovitch en février et la mise en place d'un gouvernement de transition formé par les leaders du mouvement pro-européen.

D'abord rejetée faute du nombre de voix suffisant, la démission de M. Tenioukh, qu'il avait lui-même proposée, a finalement été approuvée par 228 députés. La nomination de son remplaçant a été validée par 251 voix, au cours d'une séance agitée.

Le général Koval, né en 1956, était posté en Crimée où il commandait les garde-frontières, corps qu'il avait rejoint en 2002 après avoir fait carrière dans l'armée de l'Ukraine soviétique puis indépendante, et les forces spéciales du ministère de l'Intérieur.

Il avait été brièvement détenu le 5 mars par les forces pro-russes qui ont pris fin février le contrôle de la péninsule ukrainienne, finalement rattachée la semaine dernière à la Russie.

Les forces russes et pro-russes ont pris possession ces derniers jours, le plus souvent sans combat, de la plupart des bases et navires ukrainiens sur la péninsule. M. Tourtchinov a annoncé lundi le retrait des troupes de Crimée et leur redéploiement dans le reste du pays.

La gestion de la crise par Kiev, accusé d'impuissance et d'improvisation, s'attirait des critiques de plus en plus vives, y compris au sein du pouvoir de transition.

Vitali Klitschko, candidat à la présidentielle du 25 mai, avait appelé à son départ et à la nomination d'un "professionnel doté d'une expérience des situations de crise", faute de quoi le président par intérim pourrait lui-même être remis en cause.

Après la nomination de M. Koval, M. Tourtchinov a mis au vote sa propre démission, qui a été largement rejetée.

Le député Olexandre Kouzmouk, ancien ministre de la Défense, a fait l'éloge du nouveau ministre.

A la tête des garde-frontières de Crimée, "il en a fait un service fort et de niveau européen", a-t-il déclaré.

Un expert militaire interrogé lundi par l'AFP avait critiqué la gestion de la situation en Crimée par les autorités de Kiev.

Les militaires en Crimée "ont passé trois semaines sans comprendre quelle était la situation à Kiev, c'était le chaos", a expliqué Dmytro Tymtchouk, directeur du Centre des recherches militaires.

"Ils ont résisté sans savoir pourquoi ils le faisaient, quel était le plan de Kiev, quelle fonction ils devaient remplir".

os-gmo/via/lpt/ml

PLUS:hp