NOUVELLES

Ukraine: le ministre de la Défense propose sa démission, le Parlement la refuse

25/03/2014 04:49 EDT | Actualisé 24/05/2014 05:12 EDT

Le ministre ukrainien de la Défense Igor Tenioukh a présenté mardi sa démission devant le Parlement, qui l'a refusée faute de majorité suffisante, face aux critiques grandissantes concernant sa gestion de la crise en Crimée.

Seulement 197 parlementaires ont voté en faveur de son départ, soit la plus grande partie des députés présents, mais une majorité absolue des députés constituant l'assemblée, soit 226 voix sur 450, est requise pour une telle décision.

Le président du Parlement et président par intérim du pays Olexandre Tourtchinov, qui dirigeait la séance, a aussitôt convoqué les chefs de file des différents groupes parlementaires pour mener des consultations en la matière.

Il a ensuite proposé de mettre à l'ordre du jour la nomination à la place de M. Tenioukh de Mikhaïlo Koval, un haut gradé des garde-frontières posté en Crimée et détenu provisoirement par des forces pro-russes, sans que l'on sache quand elle serait examinée.

"Il semble que les actions menées par le ministre de la Défense par intérim en République de autonome de Crimée (...) déplaisent à certains. Je ne me suis jamais accroché à mon poste et je n'ai pas l'intention de le faire", a déclaré M. Tenioukh devant le Parlement.

"J'ai un honneur", a-t-il ajouté.

Les forces russes ou pro-russes qui ont le contrôle de la Crimée depuis trois semaines ont pris possession ces derniers jours, le plus souvent sans combat, de la plupart des bases et navires ukrainiens sur la péninsule rattachée à la Russie depuis la semaine dernière.

M. Tourtchninov a annoncé lundi le retrait des troupes de Crimée et leur redéploiement dans le reste du pays.

La gestion de la crise a été vivement critiquée au sein même du pouvoir de transition en place depuis la chute de Viktor Ianoukovitch il y a un mois, l'ex-champion de boxe Vitali Klistchko menaçant de demander le départ de M. Tourtchinov lui-même.

"Je pense que c'est un professionnel doté d'une expérience des situations de crise qui doit occuper le poste de ministre de la Défense", a estimé M. Klitschko, candidat à la présidentielle du 25 mai, dans un communiqué.

"Aujourd'hui, les actes de certains hauts fonctionnaires ne sont pas efficaces. Si cela continue, se posera la question de l'élection d'un nouveau président du Parlement", a-t-il ajouté.

Avant de proposer le nom d'un nouveau ministre de la Défense, M. Tourtchinov avait pris la défense de M. Tenioukh.

"On peut trouver de nombreuses raisons de mettre en cause le ministère de la Défense et en particulier du ministre de la Défense. Mais ils ont rempli leur tâche avec honnêteté, c'est une première chose", a plaidé le président par intérim.

"Deuxièmement, la Russie s'attendait à une agression militaire et des provocations en Crimée avec pour objectif des morts parmi la population civile (...) Ce projet n'a pas abouti grâce à la retenue à la fois du ministère de la Défense et des forces armées", a-t-il poursuivi.

Un expert militaire interrogé lundi par l'AFP avait critiqué la gestion de la crise par les autorités de Kiev.

Les militaires en Crimée "ont passé trois semaines sans comprendre quelle était la situation à Kiev, c'était le chaos", a expliqué Dmytro Tymtchouk, directeur du Centre des recherches militaires."Ils ont résisté sans savoir pourquoi ils le faisaient, quel était le plan de Kiev, quelle fonction ils devaient remplir".

bur-gmo/via/abk

PLUS:hp