NOUVELLES
25/03/2014 02:46 EDT | Actualisé 25/05/2014 05:12 EDT

RDC: Pillay dénonce l'utilisation des violences sexuelles comme arme de guerre (ONU)

La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Navi Pillay, a dénoncé mardi l'utilisation des violences sexuelles comme "arme de guerre" en République démocratique du Congo (RDC).

"Les violences sexuelles et celles liées au genre restent répandues de façon alarmante" dans les provinces de l'est, a déclaré Mme Pillay devant le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à Genève.

"La violence sexuelle est utilisée comme une arme de guerre pour intimider les communautés locales et pour punir les civils qui ont ou auraient collaboré avec les forces rivales", a-t-elle déploré.

Elle a souligné que selon des estimations du gouvernement de la RDC, 26.339 viols ou violences liées aux genres avaient été comptabilisés dans 7 provinces du pays en 2011 et 2012.

En 2013, 15.352 cas ont été notifiés, a indiqué la Représentante spéciale du secrétaire général sur la violence sexuelle dans les conflits armés, Zainab Hawa Bangura.

"Ces chiffres ne représentent probablement pas l'ensemble des cas de violences sexuelles", a déclaré Mme Pillay.

La ministre de la Justice de RDC, Wivine Mumba Mati, a quant à elle souligné que son pays ne tolérait en aucune façon les violences sexuelles, estimant par ailleurs que la pratique du viol dans son pays était le résultat d'années de guerre "imposées principalement par les pays voisins".

L'est de la RDC est en proie à une instabilité chronique depuis près de 20 ans en raison de dizaines de groupes armés locaux et étrangers. Parmi les exactions qu'ils commettent, les violences sexuelles figurent très souvent en tête de liste.

nl/apo/de

PLUS:hp