POLITIQUE

Élections 2014: Philippe Couillard dévoilera ses actifs (VIDÉO)

25/03/2014 10:47 EDT | Actualisé 25/05/2014 05:12 EDT

TROIS-RIVIÈRES, Qc - Au concours du champion de la transparence et de l'intégrité, le chef libéral Philippe Couillard a soumis mardi ses adversaires à un test en réclamant la publication de leur situation financière.

Attaqué sur le bilan libéral en matière d'intégrité au cours des derniers jours, M. Couillard a fixé à ses rivaux jusqu'à jeudi pour qu'ils divulguent leur rapport d'impôt pour l'année 2012 ainsi que les actifs qu'ils détiennent, eux ou leur conjoint.

Lors d'une conférence de presse, M. Couillard a promis de s'exécuter d'ici au prochain débat télévisé, jeudi, où il affrontera notamment la chef péquiste Pauline Marois et le chef caquiste François Legault.

«Je veux que les gens fassent état de la même transparence que moi, a-t-il dit. Je remarque le ton des remarques depuis quelques heures, comme si certains ou certaines se donnaient à eux-mêmes le titre du champion de la transparence et de l'intégrité. Franchement ça suffit. Alors voilà un test pratique, un test pratique pour chacun des chefs.»

Lors de la dernière campagne, à la demande d'un quotidien, Mme Marois et M. Legault avaient dévoilé leur rapport d'impôt, tandis que l'ex-chef libéral Jean Charest avait refusé jugeant l'exigence excessive.

Sollicité à son tour comme ses collègues, pour la campagne actuelle, M. Couillard a jugé insuffisant la simple divulgation des rapports d'impôt.

«Franchement j'ai souri, a-t-il dit. Aller faire croire aux gens qu'on est en train de divulguer la situation financière des gens à partir d'une simple déclaration d'impôts, c'est très parcellaire comme information.»

Un quotidien avait déjà formulé cette demande une nouvelle fois, a indiqué le chef libéral, qui a décidé d'aller plus loin en ajoutant ses actifs et placements dans l'opération de divulgation, qu'il se dit prêt à répéter chaque année.

M. Couillard a affirmé que ses actifs se composent essentiellement d'une maison et de placements dans des régimes enregistrés d'épargne retraite (REÉR).

«J'ai bien réussi dans la vie, je ne dis pas que je suis pauvre, mais vous allez voir tout ce que j'ai, a-t-il dit. On pourra comparer. L'idée, ce n'est pas de faire un concours, qui est le plus riche et le moins riche, ce n'est pas ça la question.

«Les gens doivent savoir exactement qui est la personne devant eux qui veut devenir premier ministre du Québec, non seulement sa personnalité, son histoire de vie, mais également son niveau de fortune personnelle», a-t-il dit.

M. Couillard a indiqué que cette demande incluant les actifs des conjoints ne visait pas spécifiquement le marie de Mme Marois, Claude Blanchet, une cible de choix des libéraux depuis plusieurs années, notamment plus récemment.

«Elle vise tous mes adversaires chefs de partis et leur conjoint pour avoir un objectif de transparence, a-t-il dit. Je dois vous dire que les remarques des derniers jours, tant Mme Marois que M. Legault, ce n'est pas le genre de politique que j'aime, que je veux faire. Je comprends que des fois on puisse salir pour se faire élire, mais je ne suis pas sûr que c'est ce que les Québécois veulent entendre.»

M. Couillard s'attend donc à ce que Mme Marois et M. Legault, tous deux indépendants de fortune, fassent de même, tout comme Françoise David, de Québec solidaire.

En campagne à Blainville, Mme Marois a rejeté la demande de M. Couillard, jugeant que les exigences de transparence du commissaire à l'éthique sont suffisantes.

Accusant M. Couillard de vouloir faire diversion pour écarter le bilan éthique des libéraux, Mme Marois a soutenu que son adversaire porte atteinte à la crédibilité du commissaire.

«La réponse est non, a-t-elle dit. Le commissaire à l'éthique a reçu tous les documents que je devais déposer et que mon conjoint devait déposer et le commissaire à l'éthique s'est dit très satisfait.»

Mme Marois a affirmé que sa situation n'a pas changé depuis l'an dernier, lorsqu'elle avait rendu publique sa feuille d'impôts.

À L'Assomption, M. Legault, dont les investissements sont concentrés dans des obligations, a lui aussi adopté la même position que Mme Marois.

«Déjà tous nos actifs sont dévoilés au commissaire à l'éthique, a-t-il dit en point de presse. Le commissaire s'assure qu'il n'y a pas de conflit d'intérêts.»

Selon le chef caquiste, la déclaration de revenu est suffisante pour assurer qu'il n'y a pas de conflits d'intérêts.

À Montréal, la coporte-parole de Québec solidaire Françoise David a quant à elle affirmé qu'elle avait accepté, à la condition de ne pas être la seule, la demande d'un quotidien qui lui a déjà fait la même demande que M. Couillard.

«On devrait bientôt lire dans un quotidien de Montréal combien nous sommes tous riches, mais vous verrez que dans mon cas, c'était probablement beaucoup plus simple que pour les autres», a-t-elle dit avec une pointe d'humour.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les pancartes détournées de la campagne électorale