NOUVELLES
25/03/2014 07:55 EDT | Actualisé 25/05/2014 05:12 EDT

L'UPAC a rencontré des dirigeants du Parti québécois en février dernier

MONTRÉAL - Des enquêteurs de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) ont rencontré des dirigeants du Parti québécois «de façon informelle» concernant sa structure et ses méthodes de financement.

Le Parti québécois a confirmé, mardi en début de soirée, des informations révélées par un média à ce sujet.

L'UPAC a rencontré, en février, le directeur général du Parti québécois, Sylvain Tanguay, ainsi que le directeur des finances et de l'administration, Pierre Séguin.

Le parti soutient que ces rencontres devaient demeurer confidentielles «à la demande de l'UPAC» et qu'il n'a été soumis à aucune perquisition.

Dans un communiqué, la formation politique soutient que l'UPAC a manifesté le souhait de rencontrer tous les partis politiques.

À Asbestos, où il participé à un rassemblement militant pour sa candidate Karine Vallières, dans Richmond, le chef libéral Philippe Couillard s'est indigné de l'attitude du PQ, qui critique l'intégrité des libéraux, notamment mardi, alors que le candidat péquiste Pierre Duchesne a déposé une plainte au Directeur général des élections.

«Je pense qu'on est au comble de l'hypocrisie, dans la même journée où M. Duchesne fait sa sortie, c'est franchement inacceptable, a-t-il dit. Assez pour le PQ de se draper dans vertu.»

M. Couillard reconnu que la situation du PQ est diffférente de celle du Parti libéral du Québec, dont le siège a été l'objet d'une perquisition de l'UPAC en juillet dernier dans le cadre d'une enquête sur du financement occulte.

«Oui, il y a une différence mais je remarque le contraste entre le discours des derniers mois, des dernières années et puis les événements réels», a-t-il dit.

Guillaume Simard-Leduc, attaché politique de la Coalition avenir Québec (CAQ), a fait savoir en début de soirée que sa formation n'avait pas reçu la visite de l'Unité permanente anticorruption.

«La CAQ n'a jamais été rencontrée par l'UPAC et n'a jamais reçu de demande en ce sens», a-t-il fait savoir par courriel dans une courte déclaration.

Le Parti québécois affirme que la visite de l'UPAC dans ses locaux est différente de celle survenue l'été dernier au Parti libéral.

«Le Parti québécois tient à rendre publique toute l'information à ce sujet, afin de ne pas entretenir de confusion entre la situation du Parti libéral, qui a été perquisitionné, et celle du Parti québécois, à qui on a demandé d'expliquer sa structure et ses méthodes de financement», explique-t-on dans le communiqué.

L'Unité permanente anticorruption avait réalisé une perquisition en juillet 2013 à la permanence du Parti libéral du Québec puis une autre, en novembre, dans des entreprises de l'ex-argentier du PLQ, Marc Bibeau.

PLUS:pc