NOUVELLES
25/03/2014 01:26 EDT | Actualisé 25/05/2014 05:12 EDT

L'Unesco note une hausse du nombre de journalistes tués

PARIS - Les troubles associés au Printemps arabe ont contribué à une hausse du nombre de journalistes tués au cours des dernières années, a annoncé mardi l'agence onusienne responsable de la surveillance de la liberté de presse.

Un rapport de l'Unesco dévoilé mardi recense 430 journalistes tués entre 2007 et 2012. L'Unesco fait état de 121 journalistes tués en 2012, soit deux fois plus que les 59 morts en 2007.

Le document précise que les soulèvements qui ont accompagné le Printemps arabe ont contribué à cette augmentation, et que la Syrie — qui est déchirée par une guerre civile depuis plus de trois ans — est l'endroit le plus dangereux où travailler.

L'Unesco qualifie les meurtres de journalistes de «pire forme de censure».

Un rapport publié récemment par Reporters sans frontières affirme que moins de journalistes ont été tués en 2013 qu'au cours de l'année précédente, mais qu'ils sont plus nombreux à avoir été enlevés.

PLUS:pc