NOUVELLES

L'Ethiopie espionne ses citoyens avec des technologies étrangères (HRW)

25/03/2014 05:01 EDT | Actualisé 24/05/2014 05:12 EDT

L'Ethiopie utilise des technologies étrangères pour espionner ses citoyens soupçonnés de critiquer le gouvernement, a dénoncé Human Rights Watch (HRW) dans un rapport publié mardi.

"Le gouvernement éthiopien utilise le contrôle qu'il a sur son réseau de télécommunications comme outil pour museler les voix dissidentes", a déclaré dans un communiqué Arvind Ganesan, un responsable de l'organisation de défense des droits de l'Homme.

Le rapport accuse le gouvernement d'utiliser des technologies chinoise et européenne pour surveiller les conversations téléphoniques et l'activité sur internet en Ethiopie ainsi qu'au sein de la diaspora éthiopienne.

"Les firmes étrangères qui fournissent des produits et services facilitant la surveillance illégale effectuée par l'Ethiopie risquent de se rendre complices d'une violation de droits", a ajouté M. Genesan.

Le gouvernement a réfuté ces accusations qu'il considère comme une campagne de "dénigrement" orchestrée par HRW.

"Ce n'est qu'un des outils que l'organisation utilise dans sa campagne pour salir l'image de l'Ethiopie. Il n'y a rien à répondre à ces accusations, parce qu'il n'y a rien de nouveau là-dedans", a déclaré le ministre de l'Information, Redwan Hussein, à l'AFP.

L'ensemble du réseau téléphonique et internet éthiopien est contrôlé par l'entreprise 100% publique Ethio Telecom, seul fournisseur de télécommunications dans le pays.

HRW soutient que ce monopole sur les télécommunications permet au gouvernement de facilement surveiller l'activité des utilisateurs.

"Les responsables de la sécurité ont un accès virtuellement illimité au registre des appels téléphoniques de tous les utilisateurs en Ethiopie. Ils enregistrent régulièrement et facilement les appels téléphoniques sans aucune supervision ou procédure légale nécessaire", selon son rapport.

HRW affirme que ces enregistrements sont souvent utilisés pour recueillir des preuves contre des journalistes indépendants et des militants de l'opposition, en Ethiopie et à l'étranger.

Des groupes de défense des droits humains accusent régulièrement l'Ethiopie de sévir contre les opposants, les médias indépendants et la société civile à travers une série de lois sévères, incluant une législation antiterroriste très controversée, utilisée selon les défenseurs des droits de l'Homme pour faire taire les voix critiques.

Seulement 23 % des 91 millions d'Ethiopiens ont une ligne téléphonique mobile et moins de 1 % ont accès à l'internet à travers leur téléphone, selon l'Union internationale des télécommunications.

Le gouvernement éthiopien a récemment conclu des contrats avec les entreprises chinoises ZTE et Huawei pour améliorer le réseau de téléphonie mobile à travers le pays.

jv/eln/ayv/jpc

PLUS:hp