NOUVELLES

Les rebelles syriens prennent un village sur la côte méditerranéenne (ONG)

25/03/2014 09:54 EDT | Actualisé 25/05/2014 05:12 EDT

Les rebelles syriens ont enregistré mardi une nouvelle victoire dans le nord du pays avec la prise du village côtier de Samra dans la province de Lattaquié, bastion du régime, a indiqué une ONG.

Lundi, les rebelles avaient déjà pris dans cette province le poste-frontière de Kassab, le dernier point de passage avec la Turquie qui était encore aux mains du gouvernement, dans le cadre d'une offensive des insurgés lancée vendredi dans le nord-ouest du pays.

Environ 170 combattants des deux camps ont été tués depuis vendredi, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'armée a riposté en tirant avec des armes lourdes sur les positions rebelles dans cette province, bastion des Alaouites, la religion du président Bachar al-Assad.

Les rebelles et leurs alliés jihadistes du Front al-Nosra "ont pris le contrôle du village de Samra tôt mardi", a indiqué le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, faisant état de "violents combats à la périphérie du village".

Samra, situé dans la vallée près de la frontière turque, donne aux rebelles une ouverture sur la mer.

Un militant sur place, Omar al-Jeblawi, a jugé que la perte de cette région serait un coup dur pour le régime.

"La région est stratégique pour le régime. L'armée s'est retirée d'autres zones pour se redéployer ici", a dit le militant à l'AFP.

Selon lui, "des milliers de combattants de l'opposition" se sont déployés dans la région de Lattaquié ces derniers jours.

"Les progrès sont rapides, et la prise de Kassab était seulement le début du chemin pour la libération de Lattaquié", a-t-il affirmé.

Une source de sécurité à Damas a cependant démenti la prise de Samra, affirmant que "des combats féroces" étaient toujours en cours.

"L'armée syrienne contrôle (...) les montagnes (surplombant Samra). Il est impossible (aux rebelles) de prendre cette région", a dit cette source à l'AFP.

Un combattant rebelle dans la région, parlant au téléphone avec l'AFP, a attribué les progrès de l'opposition au retrait de la région, deux semaines auparavant, de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), un groupe ultra-radical.

Depuis début janvier, l'EIIL combattait les groupes rebelles modérés et islamistes dans le nord de la Syrie. Près de 3.300 personnes ont été tuées dans ces affrontements.

"Nous sommes différents de l'EIIL, mais maintenant ils sont partis, et nous (les rebelles) pourrons travailler tous ensemble", a indiqué un rebelle qui se fait appeler Samer.

Le rebelle a tenté de balayer les craintes que les combats de Lattaquié prennent un caractère sectaire. "Notre problème n'est pas avec les groupes religieux. Nous voulons juste que le régime s'en aille", a-t-il dit.

L'an dernier, lors de combats à Lattaquié, Human Rights Watch, avait accusé les rebelles et l'EIIL, en majorité sunnites, de "planifier des attaques contre la population civile" dans des villages alaouites.

Plus de 146.000 personnes ont été tuées dans la guerre en Syrie depuis mars 2011. Plus de neuf millions de personnes ont quitté leur foyer fuyant les violences.

kam-ser-rm/vl

PLUS:hp