NOUVELLES
25/03/2014 02:05 EDT | Actualisé 25/05/2014 05:12 EDT

Le chef de la police irlandaise démissionne

DUBLIN - Un scandale d'écoute électronique illégale et de corruption a finalement coûté son poste au chef de la police irlandaise.

Le gouvernement a aussi annoncé la tenue d'une enquête pour déterminer pourquoi les appels téléphoniques de plusieurs commissariats de police ont été illégalement enregistrés depuis les années 1980.

Des experts affirment que les officiers cherchaient possiblement à contrôler les communications de leurs subordonnés.

La première ministre Enda Kenny a indiqué, par voie de communiqué, que son gouvernement mettra en place un vaste programme de réformes pour protéger les dénonciateurs au sein de la police, forcer les policiers à dévoiler des données en vertu de demandes d'accès à l'information et créer une nouvelle agence civile pour superviser la police.

Un juge sera nommé pour déterminer pourquoi la police enregistrait secrètement les appels téléphoniques placés depuis ou reçus à plusieurs commissariats depuis des années. La pratique n'a pris fin qu'en novembre, quand le scandale a éclaté au grand jour.

Quelques heures avant l'annonce, le commissaire Martin Callinan a pris le gouvernement par surprise en annonçant qu'il quittait pour la retraite, à l'âge de 60 ans. Des ministres réclamaient des excuses de M. Callinan, après qu'il ait qualifié de «dégoûtants» les gestes de deux dénonciateurs.

M. Callinan avait précédemment nié que ses hommes aient épié les téléphones d'une agence indépendante qui enquête sur les plaintes formulées contre la police.

Deux dénonciateurs accusent aussi leurs collègues d'avoir aidé des vedettes, des politiciens et des amis à échapper à des contraventions, dans le cadre d'une vaste fraude.

PLUS:pc