DIVERTISSEMENT
25/03/2014 07:07 EDT | Actualisé 01/04/2014 01:26 EDT

L'excellent « Salad Days » de Mac DeMarco

Jean-François Cyr

MONTRÉAL - Le déjanté et brillant chanteur-guitariste anglophone Mac DeMarco n’est pas tout à fait nouveau dans le décor. À 23 ans, sa carrière solo (depuis 2011) est bien entamée avec deux albums studio à son actif. Bientôt sur les rayons, le troisième disque Salad Days marquera cela dit un tournant indéniable dans son cheminement. Cette musique décontracte-un-brin-absurde-qui-fait-un-bien-fou ne fera que confirmer sa place au sein des talentueux artistes du pays. Rencontre.

Son nom circule depuis un moment au Canada et aux États-Unis, territoires qui semblent prêts à l’embrasser pour de bon, comme en font foi les nombreux concerts qui y sont prévus dans les prochains mois. L’Argentine et le Brésil font même partie de son importante feuille de route en 2014. Les Européens aussi semblent avoir un faible pour le musicien hétéroclite qui a notamment assuré la première partie du groupe Phoenix lors de concerts américains.

Montréal, New York

Le cheveu ébouriffé et la voix éraillée après une nuit d’abus, Mac DeMarco fume calmement une clope dans la chambre d’un appartement du Mile-End. Il n’y habite pas vraiment, mais y crèche certains jours quand les amis ou le travail l’appellent à Montréal. La vie de bohème, il connaît.

« J’ai enregistré Salad Days à New York en novembre, raconte-t-il. Mon label avait réservé du temps pour moi dans cette ville. J’ai donc arrêté de faire de la scène pour un mois. J’aime tout autant Montréal que New York. C’était juste une occasion d’aller vivre un moment dans cette ville de fous. J’ai déniché une place vraiment pas chère dans Brooklyn. En plus, pas de grosses dépenses supplémentaires parce que le studio était dans ma chambre! J’ai fait à peu près tout sur l’album, excepté le mixage. De toute façon, ce n’est pas sophistiqué comme son… J’adore m’occuper des instruments et de la réalisation. »

Sous ses habits d’éberlué et d’amuseur de foules (tous ceux qui ont vu son concert dans le cadre de M pour Montréal en 2013 se rappelleront longtemps de DeMarco, nu sur les planches), il écrit de magnifiques chansons. Brother, par exemple, est un petit bijou. Belle balade qui invite « un frère » à laisser tomber et à rentrer à la maison. Des arrangements simples, mais géniaux à la guitare. Et que dire du délire doux à la Beck en finale?

Même constat de qualité pour la chanson-titre, qui nous entraine dans un monde très cool de sonorités rock’n’roll, pop, blues et surf.

« Juste de la pop, man »

À la limite de sonner comme Lou Reed ou encore comme les Beach Boys des bonnes années, son nouveau disque Salad Days (ses premiers albums se nomment Rock and Roll Night Club (un EP) et 2) propose un genre musical difficile à décrire. Tellement, que le principal intéressé affiche un sourire en coin quand il est temps de parler de sa touche très distinctive.

« Je sais que tout le monde utilise des qualificatifs hallucinants pour décrire ma musique. J’ai entendu slacker, blue wave, jangle rock, dreamy pop… On a lancé toutes sortes d’affaires à mon sujet. Je me suis dit plusieurs fois: ''mais de quoi ils parlent, putain''?!? Au fond, ça me fait rire. Je comprends qu’on doit décrire mon travail. Je respecte ceux qui essayent de le comprendre, d’ailleurs. Je leur souhaite seulement bonne chance! Moi, je ne pourrais dire… (il prend une bonne gorgée de café puis tire sur sa cigarette). Mais c’est vrai que ça fait un peu surf et rock’n’roll. »

« Je pense que je fais seulement de la pop avec une approche un peu moins conventionnelle, poursuit DeMarco. C’est un mélange de vieilles et de nouvelles influences. Je m’inspire un brin des Beatles (en effet, la pièce Blue Boy rappelle un peu le travail de John Lennon), que j’adore, comme d’autres groupes populaires des années 1960 et 1970. Tu sais, pourvu que ça puisse plaire... »

Salad Days sortira le 1er avril par l’entremise de la maison Captured Tracks.

Accompagné de son band (le guitariste Peter Sagar, le bassiste Pierce McGary et le batteur Joe McMurray), Mac DeMarco sera en concert le 6 avril à la Société des Arts Technologiques (SAT), à Montréal.