NOUVELLES

Entente à deux vitesses au Sommet sur la sécurité nucléaire

25/03/2014 10:16 EDT | Actualisé 25/05/2014 05:12 EDT

Le troisième Sommet sur la sécurité nucléaire s'est conclu mardi par une déclaration commune dans laquelle tous les pays sont invités à réduire leur stock d'uranium hautement enrichi et s'engagent à étudier les meilleurs moyens pour empêcher que des matériaux nucléaires ne tombent entre les mains d'organisations terroristes.

Cependant, seuls 35 des 53 présents à La Haye pour ce sommet se sont engagés à mettre en oeuvre des critères internationaux plus stricts pour la gestion de leur uranium hautement enrichi ou leur plutonium, et à renforcer leur coopération en la matière.

Le Canada, la France, la Grande-Bretagne et Israël ont signé cette entente, issue d'une initiative lancée par les États-Unis, les Pays-Bas et la Corée du Sud, mais pas des puissances nucléaires comme la Russie, la Chine, l'Inde et le Pakistan.

Le Japon a pour sa part annoncé qu'il va renvoyer aux États-Unis plus de 300 kilos de plutonium et près de 200 kilos d'uranium hautement enrichi afin de « réduire le risque de terrorisme nucléaire », selon ce qu'a déclaré le conseiller spécial du Japon sur le nucléaire, Yosuke Isozaki.

Ces matériaux, fournis aux Japonais par les Américains à des fins de recherche pendant la Guerre froide, sont actuellement entreposés dans des bâtiments situés à 140 kilomètres au nord-est de Tokyo. Des experts y voient une cible facile pour les terroristes.

Ces sommets sur la sécurité nucléaire sont une initiative de M. Obama, qui avait été l'hôte de la première rencontre à ce sujet, à Washington, en 2010. Le président américain a d'ailleurs annoncé que le quatrième sommet se tiendra à Chicago en 2016.

Des rencontres bilatérales pour Stephen Harper

En plus de prendre part aux discussions du sommet, le premier ministre canadien, Stephen Harper, a profité de l'occasion pour tenir quelques rencontres bilatérales mardi. Il a ainsi discuté avec ses homologues japonais et néo-zélandais, Shinzo Abe et John Key, en plus d'échanger brièvement avec le président chinois, Xi Jinping.

Avec MM. Abe et Key, M. Harper a essentiellement discuté de la situation en Ukraine et de commerce. Le Japon est le quatrième partenaire en importance du Canada, avec des échanges commerciaux de plus de 24 milliards de dollars.

Avec le président Xi, le premier ministre canadien a présenté ses condoléances pour les personnes mortes sur le vol MH370 de la Malaysian Airlines. Les deux tiers des passagers de ce vol qui se serait abîmé dans l'océan Indien, selon la Malaisie, étaient Chinois.

Les deux hommes ont aussi discuté de la récente visite en Chine du gouverneur général, David Johnston, et de la possibilité que M. Harper s'y rende lui-même à nouveau plus tard cette année.

Dès mercredi, Stephen Harper se rendra en Allemagne pour un voyage de deux jours. Il doit notamment discuter de la situation en Europe de l'Est avec la chancelière Angela Merkel. Les deux leaders ont d'ailleurs échangé quelques mots lors de la prise de la photo officielle des participants au sommet sur la sécurité nucléaire.

PLUS:rc