NOUVELLES

En pleine crise sur la Crimée, un équipage russo-américain décolle mardi pour l'ISS

25/03/2014 09:39 EDT | Actualisé 25/05/2014 05:12 EDT

Un nouvel équipage composé de deux Russes et d'un Américain va décoller mardi soir à bord d'une fusée russe Soyouz à destination de la Station spatiale internationale (ISS), malgré la crise sur la Crimée qui tend les relations entre les deux pays.

La fusée "Soyouz-FG", et avec elle la capsule "Soyouz TMA-12M", doit décoller à 21h17 GMT du cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan), avec à son bord les cosmonautes russes Aleksandr Skvortsov et Oleg Artemiev, et l'astronaute américain Steven Swanson.

Les trois hommes doivent atteindre la station six heures plus tard, pour une mission de 170 jours.

Au cours de leur mission, les trois spationautes devront mener des dizaines d'expériences scientifiques, ainsi que des sorties dans l'espace.

L'équipage russo-américain tiendra à jour un blog sur le quotidien et les expériences menées à l'ISS, a indiqué à l'agence Interfax Aleksandr Skvortsov.

Âgé de 47 ans, le cosmonaute, avec deux vols à son actif, sera le commandant de cette mission, tandis que son compatriote Oleg Artemiev, 43 ans, effectuera à cette occasion son premier vol dans l'espace. En 2009, il avait participé au programme de simulation spatiale "Mars 500".

Leur équipier, l'astronaute américain Steven Swanson, 53 ans, a lui aussi déjà effectué deux vols dans l'espace, dont l'un marqué par quatre sorties dans l'espace, mais le plus long de ces vols a duré 13 jours et vingt heures.

"Nous sommes avec Aleksandr Svortsov et Oleg Artemiev dans la même équipe depuis déjà un an et demi. La compréhension et le respect mutuels sont venus immédiatement, et progressivement, nous sommes devenus amis", a raconté à Interfax l'astronaute américain.

Au total, seize pays participent à l'ISS, dont notamment la Russie et les États-Unis, qui en financent la plus grande partie. Un équipage de six astronautes occupe en permanence la structure avec des rotations allant jusqu'à six mois.

Mis en orbite en 1998, cet avant-poste et laboratoire orbital dont la construction a coûté au total cent milliards de dollars, a vu sa durée de vie prolongée de quatre ans en janvier par la Nasa, soit jusqu'à 2024.

Bien que la crise en Ukraine complique les relations russo-américaines, les deux pays sont condamnés à s'entendre, leurs deux agences spatiales ayant tissé de forts liens d'interdépendance: les astronautes de la Nasa dépendent par exemple aujourd'hui exclusivement des vaisseaux russes Soyouz pour rejoindre l'ISS.

all/lpt/abk

PLUS:hp