NOUVELLES
25/03/2014 11:21 EDT | Actualisé 25/05/2014 05:12 EDT

Crimée: la procureure Poklonskaïa, star au Japon, nommée à la tête du Parquet

Adulée par les internautes japonais, la jeune procureure Natalia Poklonskaïa a été nommée à la tête du nouveau Parquet de Crimée, région rattachée depuis quelques jours à la Russie, ont confirmé les autorités russes mardi.

"Natalia Vladimirovna Poklonskaïa a été nommée procureure de la République de la Crimée", a annoncé formellement la représentante du Parquet général de la Russie, Marina Gridneva, à l'agence de presse Ria Novosti. Dans le cadre de la réorganisation du système judiciaire de la péninsule, elle précisé qu'"au total 22 bureaux territoriaux du Parquet seront formés en République de Crimée".

La jeune femme, âgée de 34 ans, avait été nommée à ces fonctions le 11 mars après s'être désolidarisée des nouvelles autorités ukrainiennes et pris le parti de la Russie.

La vidéo de sa conférence de presse, où la jeune femme aux yeux bleus apparaissait en uniforme à épaulettes et cravate, a suscité 1,3 millions de vues et l'engouement d'internautes japonais, mais aussi chinois et coréens.

Très vite, des pages de soutien à son égard se sont multipliées sur Internet, dont l'une, sur le réseau social Facebook, atteint 71.000 membres. La jeune procureure a aussi inspiré des dizaines de "fan art", dessins inspirés des mangas.

"Croyez-moi, ma bonne apparence ne m'a pas freinée pendant ces douze ans au parquet", a-t-elle assuré lors d'une interview avec la chaîne de la télévision Russia's Life News.

"Mais peut-être qu'elle peut faire baisser la garde de mes opposants", a-t-elle ajouté.

Dans une interview au quotidien d'État Rossiskaïa Gazeta, elle avait annoncé avoir quitté le parquet de Kiev pour celui de Crimée, parce qu'elle "avait honte de vivre dans un pays où les bandits se promènent dans les rues en liberté".

Natalia Poklonskaïa a aussi condamné la destitution du président ukrainien Viktor Ianoukovitch, qu'elle a qualifié de "coup d'État illégal et de prise armée du pouvoir". Les autorités par intérim de Kiev ont lancé contre elle une enquête judiciaire, ce à quoi elle a répondu qu'elle n'était pas "une criminelle".

La vidéo de sa conférence de presse est visible sur le lien https://www.youtube.com/watch?v=tqHkGaEE7WA

sjw-all/lgo/abk

PLUS:hp