NOUVELLES

Un tribunal japonais autorise la vente de l'"ambassade" nord-coréenne de facto à Tokyo

24/03/2014 10:04 EDT | Actualisé 24/05/2014 05:12 EDT

Un tribunal japonais a décidé lundi que le bâtiment faisant office d'ambassade de Corée du Nord à Tokyo (les deux pays n'ont pas de relations diplomatiques) pouvait être vendu à une agence immobilière, dernier épisode d'une saga de plusieurs années.

Cet immeuble de dix étages et 2.390 mètres carrés, situé dans le centre de Tokyo, était occupé par l'association "Chongryon", qui regroupe des membres de la communauté coréenne au Japon favorables au régime communiste de Pyongyang.

"C'est une décision injuste que nous ne pouvons accepter", a réagi cette association dont le siège avait été mis en vente, en raison de dettes, par voie de justice pour environ 22 millions de dollars. Chongryon a décidé de faire appel.

En octobre dernier, le bâtiment avait déjà été acquis par une obscure société mongolienne, mais la vente avait été cassée en justice en raison de soupçons de liens de ladite société avec le régime de Pyongyang.

Ce feuilleton politico-immobilier ne date pas d'hier: en juin 2007, le siège de l'association des résidents nord-coréens au Japon avait déjà été vendu à une société d'investissement dirigée par un ex-chef des services de renseignement nippons, selon la presse locale de l'époque.

Tokyo et Pyongyang, dont les relations sont mauvaises depuis des années, ont repris langue ces dernières semaines pour tenter de résoudre la question des enlèvements de citoyens japonais par la Corée du Nord durant la Guerre froide, un préalable essentiel pour Tokyo à la normalisation des relations bilatérales.

Les essais nucléaires et les tests réguliers de missiles par Pyongyang constituent d'autres importants freins au rapprochement des deux pays.

De son côté, Pyongyang estime que le Japon doit encore des compensations et des excuses pour son occupation de la péninsule coréenne avant et pendant la guerre.

si/pb/jlh/fw

PLUS:hp