NOUVELLES

Un crédit d'impôt à la rénovation plus généreux qu'en 2009?

24/03/2014 06:24 EDT | Actualisé 24/05/2014 05:12 EDT

Le Parti libéral du Québec propose un nouveau crédit d'impôt pour tous les genres de rénovation domiciliaire. Selon Philippe Couillard, il s'agit « d'un crédit d'impôt qui est très généreux, plus généreux que les versions précédentes ». Est-ce vraiment le cas?

Une épreuve des faits de Vincent Maisonneuve Twitter Courriel

Vérification faite, ce nouveau crédit d'impôt à la rénovation proposé par les libéraux est en effet plus généreux que le crédit offert pendant la crise économique de 2009.

Les libéraux de Philippe Couillard proposent un crédit de 20 % sur les dépenses admissibles, dont la valeur minimale totale doit être de 3000 $. Le crédit remboursable ne peut dépasser 2500 $. En 2009, le crédit était également de 20 % jusqu'à un maximum de 2500 $, mais il ne s'appliquait que sur les dépenses excédant 7500 $.

Autrement dit, en 2009, il fallait dépenser plus avant d'avoir droit au crédit d'impôt. Concrètement, des rénovations de 3500 $ en 2009 ne rapportaient aucun crédit d'impôt provincial.

Crédit d'impôt pour la rénovation

Avec la formule proposée aujourd'hui par les libéraux, des dépenses de rénovation de 3500 $ permettraient de recevoir un crédit de 700 $. Pour recevoir le crédit maximum de 2500 $ en 2009, il fallait dépenser 20 000 $. Avec le nouveau crédit proposé par les libéraux, il faudrait dépenser 12 500 $.

Les libéraux promettent en plus de mener à terme le programme ÉcoRénov lancé par le gouvernement Marois, qui vient à échéance le 31 octobre 2014. Ce crédit d'impôt de 20 % ne vise cependant que la rénovation verte.

Le crédit s'applique aux dépenses admissibles supérieures à 2500 $. Pour recevoir 10 000 $, la valeur maximale du crédit d'impôt d'ÉcoRénov, les dépenses admissibles doivent être de 52 500 $.

Selon les experts consultés, le crédit d'impôt permet au gouvernement de stimuler rapidement l'économie. L'impact d'une telle mesure se fait habituellement sentir à court terme. Il faut cependant noter que les dépenses d'investissement des gouvernements ont généralement plus d'impacts économiques à long terme que les dépenses de consommation.

PLUS:rc