POLITIQUE

Le Québec «dans la merde» à cause du PLQ, selon François Legault (VIDÉO)

24/03/2014 12:39 EDT | Actualisé 24/05/2014 05:12 EDT

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, juge que les libéraux, qui ont dirigé le Québec 2003 à 2012, sont responsables de la situation économique difficile avec laquelle la province doit composer aujourd'hui.

« Si vous voulez un changement, si vous voulez reconnaître que les neuf années libérales ont donné la merde qu'on a actuellement, eh bien... changez! Essayez une autre recette », a-t-il lancé, lundi matin, à l'issue d'une conférence de presse tenue à Trois-Rivières pour dévoiler la stratégie maritime de son parti.

Tout comme l'a fait la chef péquiste Pauline Marois il y a quelques jours, M. Legault ne s'est pas gêné pour pilonner son adversaire libéral Philippe Couillard sur le front de l'intégrité. Il lui a notamment demandé s'il cautionnait ses 18 candidats qui, autrefois ministres sous la direction de l'ex-premier ministre Jean Charest, se sont opposés à 11 reprises à la création de la Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction.

La réticence du gouvernement libéral de Jean Charest à déclencher la commission Charbonneau est revenue dans l'actualité en fin de semaine, lorsque le candidat libéral dans Portneuf, Michel Matte, a soutenu qu'une partie du caucus libéral, dont il faisait partie autrefois, avait exigé la tenue d'une telle enquête bien avant qu'elle ne soit mise sur pied.

« Je pense que Michel Matte vient de se disqualifier, a déclaré M. Legault. Ce qu'il vient de dire à la face de tous les Québécois, c'est : "J'ai manqué de courage. J'étais pour une commission d'enquête sur la construction, mais je n'ai pas eu le courage de le dire publiquement, de démissionner ". Pour moi, c'est "échec et mat" pour M. Matte. »

La circonscription de Portneuf est passée dans le giron caquiste, en septembre dernier, après la victoire de Jacques Marcotte, « un homme droit », aux dires du chef de la CAQ.

En tête dans les sondages, le chef libéral est la cible de la plupart des attaques de François Legault depuis quelques jours. Dimanche, M. Legault a estimé que le Parti québécois n'était plus dans la course.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les pancartes détournées de la campagne électorale