NOUVELLES

L'Ukraine ordonne le retrait de ses troupes de Crimée

24/03/2014 09:04 EDT | Actualisé 24/05/2014 05:12 EDT

KIEV, Ukraine - Le fragile gouvernement ukrainien a ordonné lundi le retrait de ses troupes en Crimée, mettant fin à des jours d'incertitude, pendant que l'armée russe consolidait son emprise sur la péninsule.

Le ministre russe des Affaires étrangères a rencontré pour la première fois, lundi, son homologue ukrainien pour discuter la crise, la plus grave en Europe de l'Est depuis la fin de la guerre froide.

Les forces russes s'emparent systématiquement des bases et des navires ukrainiens en Crimée, dont une base navale près du port de Théodosie, où deux militaires ukrainiens blessés ont été capturés lundi, selon des responsables ukrainiens. Près d'une centaine d'autres militaires étaient détenus sur place.

Au moins trois installations militaires ukrainiennes sont tombées aux mains de la Russie depuis trois jours et on ne sait pas combien de soldats ukrainiens se trouvent encore sur la péninsule.

L'ancien commandant de la marine ukrainienne, qui a été accusé de trahison après avoir prêté allégeance aux dirigeants criméens et incité d'autres militaires à faire défection, a été nommé commandant adjoint de la flotte russe en mer Noire.

Le président ukrainien intérimaire, Oleksandre Tourchinov, a indiqué lundi que le ministère de la Défense avait reçu ordre de redéployer tous les soldats de Crimée sur le territoire ukrainien.

M. Tourchinov a déclaré à des parlementaires ukrainiens que les soldats du pays seraient évacués de Crimée en compagnie de leurs proches. Il a évoqué la menace de ce qu'il a appelé les «forces russes d'occupation».

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, qui s'est adressé aux journalistes après sa rencontre à La Haye avec son homologue ukrainien, Andrew Deshtitsa, a indiqué qu'ils avaient discuté des mesures que la Russie croit que le gouvernement ukrainien devrait prendre pour apaiser la crise.

Il s'agissait de la première rencontre entre les deux ministres depuis le renversement, le mois dernier, du président pro-russe de l'Ukraine et l'annexion de la Crimée par la Russie. Même si le président russe, Vladimir Poutine, a affirmé que les contacts entre responsables russes et ukrainiens se poursuivaient, la rencontre de lundi était la première réunion de haut niveau depuis l'arrivée en poste du nouveau gouvernement ukrainien, le mois dernier.

M. Lavrov, qui a aussi rencontré le secrétaire d'État américain John Kerry, a déclaré qu'il avait réaffirmé la demande de Moscou en vue d'une réforme constitutionnelle en Ukraine qui donnerait plus d'autonomie à toutes les régions du pays. La Russie, qui veut maintenir son influence dans les régions russophones de l'Ukraine et empêcher celle-ci de se joindre à l'OTAN, fait pression pour que l'Ukraine devienne une fédération, ce que le gouvernement ukrainien refuse.

M. Deshtitsa, qui s'est adressé aux journalistes avant sa rencontre avec M. Lavrov, a affirmé que le gouvernement ukrainien restait préoccupé par les renforcements militaires russes près de la frontière ukrainienne.

«La possibilité d'une invasion militaire est très élevée. Nous sommes très préoccupés par cette concentration de troupes sur notre frontière est», a-t-il dit.

PLUS:pc