NOUVELLES

L'Église a minimisé les scandales sexuels, selon un proche du pape

24/03/2014 04:00 EDT | Actualisé 23/05/2014 05:12 EDT

Un haut représentant du Vatican a accusé, lundi, le Saint-Siège d'avoir minimisé les scandales d'agressions sexuelles qui éclaboussaient le clergé dans les années 1990, soutenant que les responsables s'étaient montrés sceptiques et considéraient les victimes comme des « ennemies de l'Église ».

Le cardinal et nouveau ministre des Finances du pape François, George Pell, a tenu ces propos lors de son témoignage à la commission d'enquête australienne sur les cas d'agressions sexuelles envers des enfants dans les institutions publiques et religieuses.

L'ancien archevêque de Sydney entrera en fonction à Rome la semaine prochaine. Il a soutenu que l'Église australienne détenait, en 1995, une bonne longueur d'avance sur le Vatican dans sa reconnaissance du problème, mais a ajouté que, même en 2007, des « erreurs ont été commises par moi et d'autres ».

Au Vatican, certaines personnes considéraient que les accusations ciblant des prêtres étaient déposées par des « ennemis de l'Église » qui cherchaient à créer des problèmes et devaient donc être considérées avec un certain scepticisme.

Ce n'est que plus tard, lorsqu'une délégation d'archevêques américains a réussi à convaincre le pape Jean Paul II et ses conseillers que les accusations étaient légitimes, que les choses ont commencé à changer, a soutenu le cardinal Pell.

« Ils ont expliqué avec force que ce n'était pas que des ennemis de l'Église qui agissaient ainsi à des fins politiques, comme les nazis l'avaient fait et peut-être les communistes, qu'il y avait des plaintes véritables et que de bonnes personnes - des personnes qui aimaient l'Église - déploraient que l'affaire ne soit pas bien gérée », a-t-il déclaré.

PLUS:rc