NOUVELLES

Hausses salariales des médecins: Barrette offre une autre perspective que Couillard

24/03/2014 08:38 EDT | Actualisé 24/05/2014 05:12 EDT

LA PRAIRIE, Qc - Les libéraux examineront une fois au pouvoir l'opportunité d'étaler la hausse de salaire des médecins, a déclaré lundi le candidat Gaétan Barrette.

M. Barrette, ancien président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), a donné une autre perspective au propos de son chef Philippe Couillard.

Le 11 mars, M. Couillard avait semblé exclure le recours à l'étalement pour atténuer l'effet des hausses salariales.

Contrairement au Parti québécois qui étalerait les hausses prévues dans les dernières années de l’entente 2009-2016 signée par le gouvernement de Jean Charest, M. Couillard ne voulait pas s’engager dans une négociation avec les 18 000 médecins.

En marge d'un rassemblement militant dans La Prairie en présence de son chef, dans un échange avec les journalistes qui a suivi l'événement, M. Barrette a nuancé cette position.

«Ce que M. Couillard a dit d'une manière claire, nette et précise, c'est qu'il allait respecter l'entente signée, a-t-il dit. Maintenant, respecter l'entente signée et l'appliquer c'est une autre chose et lorsqu'on sera au pouvoir majoritaire, on verra ce qu'il est opportun de faire.»

M. Barrette a expliqué que les libéraux ne ferment pas la porte à recourir à l'étalement des hausses.

«Respecter une entente et varier l'application c'est une autre chose, a-t-il dit. Ceci étant dit, est-ce qu'il est encore nécessaire d'avoir un étalement, on verra lorsqu'on sera au gouvernement.»

Dans son dernier budget, le ministre péquiste des Finances, Nicolas Marceau, avait annoncé son intention d’étaler sur un plus grand nombre d’années les augmentations prévues, environ 1 milliard $, pour 2013-2014 à 2015-2016, en raison des difficultés financières et de la capacité de payer des contribuables.

Lundi, M. Barrette a soutenu qu'à titre de président de la FMSQ, il avait, avec son homologue de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, accepté une demande d'étalement de 300 millions $ sur une période qui restait à déterminer.

Selon M. Barrette, le gouvernement du Parti québécois a obtenu une réponse positive à trois reprises à ce sujet de la part des médecins.

«On a dit oui au gouvernement trois fois, a-t-il dit. Trois fois le gouvernement Marois a retiré sa demande. On comprend pourquoi aujourd'hui, c'était pour en faire une manipulation dans un discours électoral.»

L'ancien président de la FMSQ a affirmé que la position du regroupement n'a pas changé depuis, malgré son départ pour se lancer en campagne électorale.

Prenant connaissance de la décision de M. Couillard de ne pas étaler les hausses salariales, la chef péquiste Pauline Marois avait accusé son adversaire d'avoir cédé au lobby de M. Barrette.

PLUS:pc