NOUVELLES

Des régions propices aux glissements de terrain en Colombie-Britannique

24/03/2014 10:07 EDT | Actualisé 24/05/2014 05:12 EDT

Le territoire montagneux et la composition rocheuse de la province augmentent les risques associés aux catastrophes naturelles comme celle qui est survenue samedi dans l'État de Washington. 

La Colombie-Britannique n'est en effet pas étrangère aux glissements de terrain et aux éboulements de rochers.

Même si les glissements de terrain les plus importants sont survenus dans des régions montagneuses très peu peuplées, il arrive qu'ils se produisent près des centres urbains.

C'est le cas notamment avec le dernier glissement de terrain mortel qui a fait quatre victimes à Johnson's Landing en 2012.

Sept ans plus tôt, à North Vancouver, une femme est restée prise au piège dans sa maison.

La composition du sol est déterminante dans le type d'éboulements potentiels.

Le secteur du plateau de l'intérieur de la province est plus propice aux glissements de terrain, tandis que celui des montagnes côtières est plus sujet aux avalanches de débris et de roches.

Mieux planifier les villes

Bien que les glissements de terrain soient imprévisibles, il est possible d'adopter de bonnes stratégies d'aménagement urbain pour minimiser les risques.

« Il faut mieux gérer la planification urbaine. Prévoir des contrôles où on va agrandir un complexe immobilier », explique Glyn Williams-Jones, professeur des sciences de la Terre à l'Université Simon Fraser.

Selon le gestionnaire des services d'urgences de la vallée du Fraser, Chris Wilson, c'est exactement ce qui est fait dans cette région densément peuplée.

« Des tests sont effectués avant de permettre de nouveaux développements et l'expansion de projets immobiliers », dit-il.

Il ajoute qu'il est important de bien connaître son environnement et de savoir détecter les signes précurseurs. C'est d'autant plus important si votre maison se trouve près d'un cours d'eau.

D'après un reportage de Fanny Bédard

PLUS:rc