NOUVELLES

Conference Board du Canada: pas d'effondrement immobilier en vue au pays

24/03/2014 04:26 EDT | Actualisé 23/05/2014 05:12 EDT
PC

OTTAWA - Le Conference Board du Canada n'adhère pas à l'hypothèse annonçant un effondrement du marché immobilier au pays et s'attend plutôt à des déclins modestes à l'échelle du pays et dans certains marchés spécifiques.

Selon les auteurs du plus récent rapport de l'organisme d'analyse économique, publié lundi, les conditions menant à un effondrement sont inexistantes, malgré le pessimisme d'autres analystes qui assurent que le marché immobilier canadien est présentement surévalué.

Le nombre de mises en chantier des trois dernières années au Canada a été assez comparable à la moyenne des deux dernières décennies au pays, sauf dans la région de Toronto, fait valoir l'organisme établi à Ottawa.

«À l’échelle nationale, et dans certains marchés locaux, les prix des maisons pourraient subir une baisse modeste, mais il serait exagéré de redouter une bulle immobilière», affirme le Conference Board.

Le rapport soutient que la croissance de la population, les gains du marché de l'emploi et l'augmentation modeste des taux hypothécaires des institutions prêteuses restreindront les éventuelles baisses de prix en 2014 et en 2015.

«Le coût des hypothèques, et pas seulement celui des logements, pèse lourdement dans la décision d’achat, explique Robin Wiebe, économiste principal du groupe d'étude. Les taux hypothécaires devraient augmenter cette année, mais pas énormément, parce que le taux de croissance de l’économie canadienne demeure faible.»

Le Conference Board estime que l'augmentation des taux hypothécaires se fera graduellement, et sur une longue période. Par exemple, il prédit seulement un gain des taux de deux points de pourcentage d'ici 2017 ou 2018.

Il est possible qu'un bond plus marqué des prix puisse avoir lieu si des taux d'intérêt plus élevés commencent à plomber l'accessibilité, dit le Conference Board, mais même dans cette éventualité, l'organisme s’attend davantage à un atterrissage en douceur qu'à un écrasement du marché.

Ces dernières années, certains économistes et organisations internationales comme l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le Fonds monétaire international (FMI), la Deutsche Bank et le magazine The Economist ont décrit le marché immobilier du Canada en des termes durs, le situant parmi les plus coûteux dans le monde en fonction des moyennes historiques et d'autres paramètres.

Mais les avis des économistes au pays semblent plus posés. La semaine dernière, l'Association canadienne de l'immeuble a aussi prédit un ralentissement en fonction d'une augmentation des taux d'intérêt plus tard cette année, mais tout en projetant une croissance globale en 2014 et 2015.

Plus favorable aux acheteurs à Montréal

En ce qui a trait au marché de Montréal en particulier, le Conference Board note qu'il est plus favorable qu'avant pour les acheteurs parce qu'en 2013, les prix moyens et les ventes ont régressé.

Selon la note d’information de l'organisme, le marché de la revente de logements de Montréal est «en train de devenir favorable aux acheteurs».

En 2013, pendant plusieurs mois, le comparatif entre les ventes et les nouvelles inscriptions a oscillé «près de la limite inférieure» de ce que le Conference Board considère un marché équilibré.

«La faiblesse de ce marché correspond au revenu modeste des citadins. Parmi les six villes couvertes dans la note, Montréal affiche le plus faible revenu personnel par habitant», a noté M. Wiebe.

Dans le marché des logements neufs, le comparatif entre mises en chantier et croissance de la population a été légèrement inférieur à la moyenne ces dernières années. Les mises en chantier de résidences unifamiliales et multifamiliales ont ralenti l’an dernier.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les maisons les plus chères du Canada (février 2014)