NOUVELLES

Bénéficiaire ébouillanté : le coroner conclut à une mort violente accidentelle

24/03/2014 11:07 EDT | Actualisé 24/05/2014 05:12 EDT

Le coroner Pierre Samson conclut que Réjean Simoneau, un ancien bénéficiaire du Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) Saint-Charles qui avait été ébouillanté dans son bain, a subi une mort violente de nature accidentelle.

L'homme de 38 ans lourdement handicapé et en perte d'autonomie a succombé à ses blessures en mars 2008, trois semaines après avoir été plongé dans un bain d'eau brûlante. Réjean Simoneau avait subi des brûlures aux 2e et 3e degrés aux deux tiers inférieurs des deux jambes.

M. Simoneau avait été installé dans une chaise de bain par un nouveau préposé aux bénéficiaires, Marc Laquerre. Ce dernier a affirmé avoir sommairement vérifié la température de l'eau. Or, selon l'enquête du coroner, la température de l'eau était de l'ordre de 50°C.

Le coroner conclut que la mort violente de M. Simoneau, qui résulte de ses brûlures, est survenue de manière accidentelle.

Pierre Samson rappelle que des modifications au Code de la construction concernant l'installation d'appareils liés au contrôle de la température de l'eau chaude dans les résidences privées pour aînés et les établissements de soin ont été apportées depuis pour éviter de tels accidents.

Selon les nouvelles mesures entrées en vigueur en février 2013, la température maximale à la sortie du robinet de la baignoire ne doit pas excéder 43°C.

Aussi, seule l'installation de robinets de type « thermostatique et pression autorégularisée » est maintenant autorisée dans ces établissements.

Marc Laquerre a pour sa part plaidé coupable en septembre 2013 à l'accusation de négligence criminelle causant la mort qui pesait contre lui.

PLUS:rc