NOUVELLES

Terrasses, soleil et sandales : retour sur l'hiver 2012

23/03/2014 11:22 EDT | Actualisé 23/05/2014 05:12 EDT
Dominic Lipinski/PA Archive
A man lies in the sun in St James's Park, London, as Londoners enjoy the warm weather.

Beaucoup de neige, du froid, des tempêtes... et encore plus de froid. Aux yeux de plusieurs, l'hiver 2014 n'en finit plus de finir. Surtout pour ceux qui ont encore en tête les températures exceptionnellement chaudes du printemps 2012.

Où étiez-vous il y a deux ans jour pour jour? Peut-être sur une terrasse ou sur votre balcon, à vous faire griller au soleil. Peut-être dans la rue, dans une des manifestations étudiantes. Mais certainement pas en train de pelleter après avoir reçu 15 centimètres de neige, avec mitaines, tuque et foulard.

En mars 2012, des records de chaleurs avaient été battus dans l'est du pays.

Entre le 18 et le 22 mars, à Montréal, les températures étaient au-dessus de 20 °C. Le 21 mars 2012, les Montréalais avaient profité de températures particulièrement chaudes, avec 26 °C.

C'était du jamais vu, disaient certains météorologues à l'époque.

Record de froid

Cette année, c'est tout le contraire. Le froid a fait jaser pendant presque tout l'hiver... et ce n'est pas terminé.

« Il est possible qu'on batte aujourd'hui ou demain à Montréal un record de froid » affirme Bruno Marquis, météorologue à Environnement Canada.

Dimanche matin, il faisait -12 °C et le mercure pourrait descendre rapidement ce soir. Le record pour un 23 mars est de -17 °C, en 1997.

Des températures plus basses permettraient donc de battre le record du 23 mars le plus froid à Dorval depuis que des outils y enregistrent la température.

À titre comparatif, en 2013, il a fait - 4 °C et, en 2012... +18 °C!

Et même en ce qui concerne la neige, le mois de mars est au-dessus des normales mensuelles. En mars, la normale est de 36 cm de neige. Avant la tempête de samedi, Montréal avait reçu 33 cm de neige, et 183 cm au total depuis le début de l'hiver.

L'hiver en mars : pas anormal

Le printemps exceptionnellement chaud de 2012 a presque réussi à faire oublier à plusieurs que les tempêtes printanières ne sont pas inhabituelles.

L'an dernier, une tempête avait laissé 33 cm de neige sur Montréal le 19 mars.

Et même en 2012, après la vague de chaleur du printemps, une tempête de neige et de verglas avait balayé l'est du pays à la fin du mois d'avril.

Avec la collaboration de Julie Marceau

INOLTRE SU HUFFPOST

Les endroits que l'on oublie souvent de nettoyer