POLITIQUE

Le NPD veut sauver les trains de passagers dans l'Est du pays

23/03/2014 07:00 EDT | Actualisé 23/05/2014 05:12 EDT
CP

OTTAWA - Un peloton de députés du NPD prendront le train de Via Rail dimanche d'Halifax jusqu'à Ottawa pour demander au gouvernement fédéral d'agir afin d'éviter l'abandon du train de passagers dans l'Est du Québec et au Nouveau-Brunswick.

Les députés apporteront avec eux des pétitions déjà complétées et profiteront du long voyage pour demander aux passagers d'y apposer leur signature.

Tout cela découle de la décision du Canadian National (T.CNR) qui a fait savoir qu'il allait abandonner ses rails dans un tronçon situé entre Bathurst et Miramichi, au Nouveau-Brunswick.

Cela va donc rendre impossible la circulation des trains de passagers, car il y aura un trou dans le corridor ferroviaire.

Selon le Nouveau Parti démocratique, l'abandon du tronçon va mettre fin à la circulation de trains de passagers dans le Nord du Nouveau-Brunswick, dans l'Est-du-Québec et dans toute la Gaspésie.

Et, éventuellement, dans l'Est au grand complet, craint le parti: car le possible trajet alternatif, loin des usagers, risque de ne pas être du tout utilisé. Le NDP fait valoir des calculs d'experts, selon lesquels l'autre voie envisagée (par exemple entre Moncton et Edmunston) entraînerait une diminution de 50 pour cent de la clientèle. Si le passage n'est pas utilisé, il ne sera pas rentable et sera donc aboli, craint le NPD.

Pour attirer l'attention sur le risque de disparition du service de train, les députés monteront à bord à divers arrêts.

Robert Chisholm, Megan Leslie et Peter Stoffer et Philip Toone seront du voyage dès le début, à Halifax. Yvon Godin se joindra à eux à Moncton, Guy Caron embarquera à Rimouski et François Lapointe, à Rivière-du-Loup.

Le groupe arrivera à destination, dans la capitale nationale, lundi en après-midi.

Des points de presse auront lieu tout le long du parcours, au gré des arrêts du train, en bordure de celui-ci. Un comité d'accueil de gens voulant sauver le train sera présent à chaque arrêt, dont à Bathurst et Montréal, a prévu le NPD. Le parti demande l'aide des citoyens.

«On demande à la population de lever les boucliers et de dire: 'non, ça se passera pas chez nous!'», a expliqué le député d'Acadie-Bathurst, au Nouveau-Brunswick, Yvon Godin.

Pour lui, le train est un «symbole du Canada».

Il s'inquiète du fait que l'abandon du tronçon entre Miramichi et Bathurst ne sonne le glas du train transcanadien.

«On ne pourra plus dire: un train d'un océan à l'autre», déplore-t-il. Et tout ça pour quelque 70 km non entretenus sur les 5000 km de rails entre Vancouver et Halifax.

Le NPD demande au gouvernement conservateur d'investir dans les rails pour que soit maintenu le service de passagers.

Ottawa a fait savoir dans le passé que d'acheter des tronçons de chemin de fer ne fait pas partie de ses plans.

Il l'a pourtant déjà fait, en Ontario notamment, rappelle M. Godin, qui refuse d'y voir une fin de non-recevoir.

Pour lui, le train est essentiel pour les communautés des régions touchées: pour ceux qui prennent le train pour aller voir des médecins spécialistes à Québec et à Montréal, et pour les étudiants qui n'ont pas d'autres moyens de transport, dit-il.

Un point de presse final aura lieu à Ottawa, mardi.

INOLTRE SU HUFFPOST

Alleged Canadian Terror Plot