NOUVELLES

France: un candidat à la mairie de Marseille dénonce des "fraudes inacceptables"

23/03/2014 02:52 EDT | Actualisé 23/05/2014 05:12 EDT

L'un des candidats à la mairie de Marseille (sud), Pape Diouf, ex-président du club de football de la ville, a dénoncé dimanche des "faits de fraude inacceptables" lors du premier tour des municipales organisées en France.

"Une liste d'émargement déjà signée à 8H00 du matin, avant même l'entrée du premier électeur, combien d'autres, ailleurs?", a demandé dans un communiqué M. Diouf, en indiquant se réserver le droit de déposer un recours.

Parmi d'autres irrégularités observées par son équipe dans quatre des huit secteurs de la ville, l'ancien patron de l'OM cite la distribution d'enveloppes déjà remplies d'un bulletin, "des électeurs intimidés s'ils ne votent pas pour le candidat désigné", ou encore "un président de comité de quartier assis à proximité des bulletins et qui brandit une pancarte en carton au nom, inscrit en grosses lettres, de l'une des têtes de liste".

"On peut considérer que tous ces faits font partie du jeu +marseillais+. Certains d'entre eux peuvent sembler moins graves ou d'une portée moindre que d'autres. Pourtant tous sont inacceptables. Tous attestent d'un non-respect des règles du jeu démocratique", fustige Pape Diouf.

"Faut-il envoyer des observateurs des Nations unies pour superviser les élections à Marseille?", ironise-t-il aussi.

Ces irrégularités "ont été consignées sur procès-verbal et sont susceptibles d'un recours", a indiqué à l'AFP son directeur de campagne, Pierre-Alain Cardona.

Dans ce scrutin municipal, Pape Diouf, un Franco-Sénégalais de 62 ans plutôt classé à gauche, est en concurrence avec le maire sortant Jean-Claude Gaudin (UMP, opposition) et le socialiste Patrick Mennucci.

Deuxième ville de France, Marseille fait régulièrement la Une des médias pour des faits divers et des réglements de comptes meurtriers. Depuis son arrivée au pouvoir en 2012, le gouvernement socialiste a multiplié les initiatives contre la criminalité à Marseille, gangrénée dans ses quartiers nord par la pauvreté et le trafic de drogue.

anb/cho/prh/alc/gg

PLUS:hp