NOUVELLES

Dans les coulisses des centres stratégiques

23/03/2014 11:12 EDT | Actualisé 23/05/2014 05:12 EDT

Chaque grand parti politique a une équipe de stratèges qui s'assurent que le plan élaboré avant le déclenchement d'une campagne électorale soit respecté et qu'il soit modifié en cas d'imprévu. Trois stratèges ont révélé à l'émission Les Coulisses du pouvoir comment fonctionnent ces centres névralgiques.

Un texte de Mylène Crête Twitter Courriel

Révélé au grand jour par le documentaire The War Room qui montre les dessous de la campagne à la présidence de Bill Clinton en 1992, le quartier général d'un parti devient en quelque sorte une cellule de crise en période électorale.

À l'époque, il était de bon ton d'ouvrir les portes du centre de commande aux caméras, mais depuis le documentaire À hauteur d'homme sur la campagne de Bernard Landry en 2003, ce milieu est devenu presque impénétrable, car chaque parti tient à garder ses tactiques pour lui.

« On ne va pas fournir les détails des stratégies qu'on a adoptées parce que ça risque de nous désavantager par rapport aux autres partis, explique la présidente de la Coalition Avenir Québec, Maud Cohen. C'est un peu comme la recette d'un chef cuisinier. Il ne va pas révéler exactement tous les ingrédients ou toutes les quantités des ingrédients qu'il utilise. C'est un peu la même chose au niveau d'une campagne électorale. On veut garder ce qui nous distingue. »

Des employés scrutent le contenu de médias incluant les commentaires émis dans les médias sociaux. Ils analysent également les déclarations de tous les candidats et transmettent ensuite cette information aux stratèges de même qu'à l'équipe qui accompagne le chef dans l'autobus de campagne. Ce dernier peut ainsi commenter rapidement lors de points de presse.

« Tu rentres le matin, tu ne t'imagines pas ce qui peut te tomber sur la tête pendant la journée, raconte Jean Bouchard, le responsable des communications et des technologies de l'information pour le Parti québécois. C'est constant. Comme les médias n'arrêtent pas, comme les chaînes d'information continue n'arrêtent pas, nous avons toujours du matériel à analyser et des discours à contrecarrer. Nous essayons aussi de passer les différents messages qui sont issus de la plateforme qui est votée. »

La confiance du chef de parti envers son équipe doit être totale, car ultimement, c'est l'efficacité de ces stratèges, de ces employés et de ces bénévoles qui peut faire la différence entre une victoire ou une défaite.

PLUS:rc