DIVERTISSEMENT

16e Soirée des Jutra : les réactions des gagnants (PHOTOS/VIDÉO)

23/03/2014 09:26 EDT | Actualisé 24/03/2014 06:04 EDT

On a célébré le cinéma québécois et ses artisans avec faste au Monument-National, dimanche, à l’occasion de la 16e Soirée des Jutra. Les gagnants qui l’ont emporté dans les diverses catégories étaient surpris, émus, comblés. Rappelons que le film Louis Cyr : l’homme le plus fort du monde partait grand favori de la liste des finalistes, avec 11 mentions, et que c’était le duo Laurent Paquin- Pénélope McQuade qui animait l’événement. Voici les commentaires des vainqueurs, juste après qu’ils soient allés chercher leur statuette.

Pierrette Robitaille – Meilleure actrice – Vic + Flo ont vu un ours :

«Ce qui me touche beaucoup, c’est que ça prouve que les acteurs peuvent jouer les rôles qui leur sont proposés. Tout simplement. Que je sois une actrice comique, ou dramatique, ou peu importe, moi, je suis une actrice, peu importe le médium, et je joue ce qu’on me propose de jouer avec ce que je suis capable de donner. Quand les gens me dirigent bien, je donne ce que je peux. Et quand tout le monde fait sa job, ça se passe bien.»

«Et je suis contente, aussi, pour Denis Côté. Il faut lui rendre hommage à Denis, c’est important. C’est un coureur de fond extraordinaire, avec des convictions, une passion du cinéma… Il faut qu’il soit encouragé! Cet homme, c’est de l’or. Le film a joué dans 85 festivals. Un jour, Denis, il va se tanner et on va le perdre. Il va se tanner de ne pas avoir de public, et il va aller ailleurs où les gens le reconnaissent et lui donnent des prix. C’est ma crainte.»

Mélissa Désormeaux-Poulin – Meilleure actrice de soutien – Gabrielle :

«J’étais très émue, parce que j’avais beaucoup de choses à dire, et je voulais les partager à tout le monde. Ce sont des choses que je dis souvent, mais de le dire devant plein de monde, ça a souvent une plus grande portée. J’étais contente de pouvoir le faire. Kim (McCraw) et Luc (Déry), les producteurs, ce sont des gens avec qui je travaille depuis longtemps. J’ai fait Incendies avec eux, et ça a changé mon parcours. J’étais contente de pouvoir le leur dire!»

«J’étais un peu déçue que Gabrielle Marion-Rivard ne soit pas en nomination. En même temps, elle a été nommée aux Prix Écrans canadiens, et elle a gagné. Et elle a voyagé partout. Elle a au moins cette reconnaissance-là. J’essaie de voir le beau côté des choses. Elle et moi, on reste en contact. On se téléphone, on s’invite de temps en temps. On ne se voit pas souvent, mais je l’aime profondément!»

Louise Archambault – Meilleur scénario – Gabrielle :

«Être reconnu chez soi, tout part de là. C’est ici que j’ai envie de vivre ça. Ce sont mes racines. Je me sens privilégiée. En ce moment, nos films voyagent énormément, et il faut en être fier. Il faut continuer d’écrire et de réaliser nos histoires, en étant authentiques, sans se juger, en faisant ce qu’on aime.»

«Moi, d’être nommée pour la Meilleure réalisation, il y a un peu de Gabrielle Marion-Rivard là-dedans. C’est comme si elle était nommée autant que moi. Les prix, c’est relatif. Ce que Gabrielle a réussi à livrer, c’est hors du commun. Alors, je ne suis pas fâchée qu’elle ne soit pas nommée, même si c’est un peu décevant.»

Guillaume Cyr – Meilleur acteur de soutien – Louis Cyr : l’homme le plus fort du monde :

«Je capote! Je savais que j’allais dédier ce prix à mes parents. J’en parle et j’ai encore le motton. Des amis qui nous disent bravo, ça fait toujours plaisir; mais quand ça vient de gens qu’on admire, c’est une méchante belle tape dans le dos. Benoît Gouin et Vincent-Guillaume, ce sont des amis de qui j’ai beaucoup appris, Gilles Renaud est un comédien que j’admire… J’étais en nomination contre ces gens-là. Je ne me souviens même pas de mon discours tellement j’étais heureux et émotif!»

Monia Chokri – Meilleur court ou moyen métrage de fiction – Quelqu’un d’extraordinaire :

«Les Jutra, ça reste notre grande célébration du cinéma, et ce sont les pairs qui remettent les prix. Ce sont des gens établis, qui le donnent à une actrice, en lui disant : “Tu as le droit de venir dans notre gang!” On me dit que j’ai le droit de réaliser. Et ça, ça me touche. Avec Quelqu’un d’extraordinaire, je me suis questionnée sur le fait de réussir quand on est une femme de 30 ans, en Occident, en 2014. C’est la question de base de mon film. Je n’ai pas de réponse, mais j’ai soulevé les questions.»

Christian Larouche, de Christal Films Productions – Jutra Billet d’or Cineplex – Louis Cyr : l’homme le plus fort du monde

«Les gens viennent au cinéma si on leur raconte les histoires qu’ils veulent voir. Je pense que l’année 2014 sera meilleure pour le cinéma québécois. Plusieurs films qui arrivent prochainement devraient être rassembleurs.»

«Souvent, les sujets des films québécois sont un peu difficiles et, dans ces cas-là, c’est plus difficile de rejoindre un plus large public. On ne développe pas beaucoup de films pour le grand public. Sur une trentaine de films l’an dernier, il y a eu environ sept films de genre; sinon, il y avait presque juste des drames. On ne peut pas demander à tous les films de faire un succès au box-office, et certains films commerciaux n’ont pas livré la marchandise non plus. Mais le public est encore là, et partout, c’est difficile. Ce n’est pas seulement ici.»

À LIRE AUSSI

INOLTRE SU HUFFPOST

Les gagnants des Jutra 23 mars 2014
Le tapis rouge des Jutra 2014
«Louis Cyr» Jutra du meilleur film (réactions Twitter)