NOUVELLES

Trois Palestiniens tués dans des heurts avec l'armée israélienne en Cisjordanie (sécurité)

22/03/2014 02:26 EDT | Actualisé 21/05/2014 05:12 EDT

Trois Palestiniens ont été tués samedi dans le camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie, lors d'une opération de l'armée israélienne visant à arrêter un activiste, ont indiqué des sources sécuritaire et médicale.

Selon ces sources, parmi les victimes figurent deux activistes, alors que la troisième était un civil. Quatorze autres Palestiniens ont été blessés dans des échanges de tirs, deux étant dans un état critique.

L'arme israélienne a confirmé les faits, mais affirmé que quatre Palestiniens avaient été tués.

Selon les sources palestiniennes, les soldats israéliens étaient venus dans le camp de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, pour arrêter Hamza Abou Alheja, 20 ans, un membre de la branche armée du mouvement islamiste Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam.

Les deux camps ont échangé des tirs, et "d'autres hommes armés" sont venus aider l'activiste, dont Mohammad Abou Zena, 19 ans, un membre du Jihad islamique qui a été tué avec Alheja, selon ces sources.

L'armée israélienne a indiqué dans un communiqué que ses forces avaient tenté d'arrêter Alheja car il était recherché pour "des tirs et des attentats à la bombe, et pour planification d'autres attaques".

Alheja "s'est barricadé avec d'autres activistes dans la maison", ouvrant le feu et blessant deux membres des services de sécurité israéliens qui "ont riposté, tuant le terroriste".

Ensuite, selon l'armée, une "violente émeute" a éclaté sur place, lors de laquelle trois autres Palestiniens ont été tués.

Le ministre israélien de la Défense Moshe Yaalon a estimé dans un communiqué que l'incident avait "sauvé des vies" dans la mesure où il avait permis de "déjouer une attaque terroriste qui avait déjà été planifiée et qui devait viser des Israéliens".

Le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a dénoncé de son côté le Fatah, le parti du président palestinien Mahmoud Abbas, pour sa coopération avec Israël en matière de sécurité.

"Nous appelons les forces de sécurité (de l'Autorité palestinienne) à mettre fin à la coordination en matière de sécurité avec l'occupant israélien et à laisser la résistance agir librement", a indiqué un porte-parole du Hamas, Sami Abou Zohri.

Un porte-parole du président Abbas, dont l'autorité s'exerce sur la Cisjordanie, a condamné de son côté l'"escalade continue contre le peuple palestinien", en en rendant Israël responsable.

"Nous appelons l'administration américaine à agir rapidement pour empêcher un échec total dans la région", a indiqué Nabil Abou Roudeina, en référence aux négociations de paix israélo-palestiniennes soutenues par les Etats-Unis qui ne progressent pas.

str-jjm/vl/cco

PLUS:hp