POLITIQUE

Philippe Couillard mise sur la forêt et la peur d'un référendum (VIDÉO)

22/03/2014 10:49 EDT | Actualisé 22/05/2014 05:12 EDT

En campagne dans la circonscription de Roberval où il veut se faire élire, le chef libéral Philippe Couillard s'est présenté comme le « défenseur de l'emploi forestier », face au Parti québécois qui « veut faire un référendum ».

Un texte de Marie-Ève Maheu Twitter Courriel

M. Couillard ramène constamment le spectre d'un référendum dans la campagne depuis quelques jours. Malgré tout, il s'est défendu de mener une campagne de peur contre le PQ. 

« Tous les jours, je vais avoir une proposition. Aujourd'hui, je vous parle de l'impact de ce qu'on propose en forêt. [...] Ce n'est pas très négatif comme campagne », a-t-il dit, avant d'en remettre.

« Ceci dit, je rappelle aux Québécois la question que le Parti québécois lui-même, par la voix de Mme Marois, M. Péladeau et les autres, a mis sur la table dès les premiers jours. Ce n'est quand même pas moi qui ai sorti le poing en l'air pour parler du pays. »

M. Couilard s'engage à faire de la forêt un « dossier personnellement prioritaire ». Dans cette perspective, il entend créer un ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs. Il veut investir près de 400 millions de dollars sur cinq ans dans la forêt pour accroître la productivité, favoriser les innovations et encourager le renouvellement de la main-d'oeuvre.

Même si l'industrie de la forêt a connu une période creuse, M. Couillard croit en son avenir. « Il faut dire aux jeunes Québécois des régions qu'il y a de très bons emplois, bien rémunérés dans la forêt pour les prochaines décennies. Ce n'est pas vrai que l'âge d'or de la forêt est derrière nous. Il y a un nouvel âge d'or qui commence, différent de l'autre. »

La bataille de Roberval

M. Couillard, qui tente de se faire élire pour une première fois dans Roberval, au Lac-Saint-Jean, dit ne rien tenir pour acquis. Le Parti québécois travaille à y faire réélire son député sortant Denis Trottier, en poste depuis 2007.

Le PQ est passé à l'offensive il y a quelques jours en y envoyant six ministres sortants pour appuyer son candidat.

« Je pense que ça témoigne d'une inquiétude », a réagi M. Couillard. Il n'a toutefois pas voulu s'en offusquer. Selon une règle non écrite, les chefs des partis ne font pas campagne dans la circonscription d'un autre chef.

Sur une note plus locale, M. Couillard s'est engagé, s'il est élu, à sauver de la fermeture un foyer pour jeunes de Roberval, qui est affilié à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ).

INOLTRE SU HUFFPOST

6 faits sur Philippe Couillard